Jacques Cresta (PS), député et vice-président de la région Languedoc-Roussillon, à l’invitation de José Rodriguez, président du Pôle Économique Saint-Charles (PESC) et de son Conseil d’administration est allé ce lundi, durant plus de 5 heures, à la rencontre des chefs d’entreprise du Grand Saint-Charles.

Dans un premier temps rencontre avec l’équipe dirigeante de l’association, dont José Rodriguez son président, Jacques Font, vice-président, Paul Louchon, administrateur, Véronique Jeanjean, directrice et Walter Soubirant dans les locaux de l’association.

Le Pole Economique Saint-Charles c’est la 1ère place économique du Département des Pyrénées-Orientales avec 700 entreprises, près de 10 000 emplois et non loin de 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuels.

Ce premier contact a permis de faire un point sur les problèmes récurrents de ce secteur, l’entretien, le coût du foncier, la capacité à aller chercher et à faire venir des porteurs de projets mais également les réussites les crèches d’entreprise, la carte 3aaa, la signalétique, les services mis à dispositions des adhérents… Ainsi que les grands projets : la réhabilitation du centre routier, la mise en œuvre d’équipement photovoltaïque permettant une autoconsommation des entreprises,…

Puis le député accompagné de l’équipe dirigeante est allé à la rencontre in situ de trois entreprises:

  • L’entreprise SIPRIE, dirigée par Marc Dumas, société spécialisée dans les travaux de ravalement de façade
  • L’entreprise SPANFRUITS, dirigée par Olivier Salles et Michel Rudelles, spécialisée dans le commerce international de fruits et légumes en import-export, notamment dans la clémentine
  • L’entreprise SPIDE ROUSSILLON, dirigée par Roberto Stornello, spécialisée dans l’outillage et le bricolage ainsi que les produits d’étanchéité.

Ces rencontrent ont permis d’évoquer les mesures gouvernementales mises en place dans le domaine de l’emploi (contrat de génération, emplois francs), de la relance de l’économie avec le CICE.

Mais les chefs d’entreprises ont souhaité au- delà de ces mesures faire passer deux messages: avoir plus de stabilité et plus de lisibilité. En effet la multiplication des législations font perdre en lisibilité et sont sources d’interprétation mettant parfois en danger l’activité de l’entreprise. De plus les modifications répétées ne permettent pas d’acquérir une stabilité assurant une vision à moyen terme du développement économique.

Puis le député lors d’un déjeuner en présence d’une vingtaine de chefs d’entreprises, dont Sébastien Ferrier, Guy Valgallier, Jean-Pierre Coifman, Patrice Gaillard,  à eu l’occasion de pouvoir répondre et échanger sur de nombreux thèmes : l’accès aux emplois d’avenir du secteur marchand, la reconnaissance du département en secteur touristique, l’ouverture des commerces le dimanche, la concurrence déloyale des entreprises étrangères, les difficultés pour aller travailler en Espagne, mais également la situation économique européenne, …

Plusieurs propositions ont retenu l’attention du député et des rencontres plus approfondies sur ces sujets auront prochainement lieu.

Une rencontre instructive et intéressante, ayant permis de prendre le pouls des dirigeants d’entreprises et de pouvoir apprécier concrètement sur le terrain les incidences des mesures gouvernementales.