Le congrès fondateur de la nouvelle force politique, « Oui au Pays Catalan » (OPC) s’est déroulé, hier samedi 15 octobre 2016, au cinéma Mégacastillet, à  Perpignan. Cet événement issu des mobilisations populaires de cette année 2016 a attiré 250 personnes, un premier socle de membres auquel s’ajoute une centaine d’adhésions sur Internet. Dans une ambiance de grande ferveur territoriale ont été présentés et approuvés les statuts et les fondamentaux d’OPC :
#1. Stopper le clanisme et le clientélisme.
#2 Décentraliser le pouvoir à Perpignan.
#3. Dynamiser l’économie.
#4. Partager notre identité.
Le conseil directeur d’OPC, composé de 14 personnes de 31 à 63 ans, chargées du développement du mouvement, a également été présenté et validé par l’assistance. Cette instance rassemble :
Jean-Luc PUJOL, 58 ans, maire de Fourques, vigneron, vice-président de la Chambre d’Agriculture du Roussillon.
Agnès PARAYRE, 48 ans, maire de Lamanère, penchée sur l’agriculture et les nouvelles technologies.
Annabelle BRUNET, 40 ans, avocate en droit des affaires, maire-adjointe de Perpignan, conseillère départementale.
Pierre BATAILLE, 56 ans, maire de Fontrabiouse, gérant de société et artisan dans le secteur du bâtiment.
Jean-Marie ROGER, 46 ans, président de la coopérative maraîchère Plaine du Roussillon.
Philippe SIMON, 33 ans, cadre commercial dans le bâtiment, trésorier de club sportif.
Jordi VERA, 63 ans, président de Convergence Démocratique de Catalogne (CDC).

Georges FRANCES, 49 ans, technicien énergie atomique.

– Joaquin FERNANDEZ, 31 ans, chef d’atelier dans le domaine maritime, promoteur d’une économie juste et du respect de l’identité catalane.

Alexis ABAT, 58 ans, retraité de la Police nationale, représentant syndical.
Nathalie DENIS, 40 ans, directrice d’un commerce de vêtements féminins à Perpignan.
Terenci Vera GRAU, 40 ans, enseignant engagé dans l’aménagement durable.
Fabienne MEYER, 50 ans, cadre dans une société financière, engagée dans le développement économique du Pays Catalan.
Damien ALBANELL, 39 ans, fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, entraîneur de football à Villelongue-de-la-Salanque.
Interventions : extraits choisis
Dans son intervention, Jean-Luc PUJOL a souligné que «certains de nos petits élus sont habitués à ramper face au clanisme et au clientélisme. Il faut se redresser. Il faut se prendre en main». Le maire de Fourques a prévenu : «Je ne suis pas un révolutionnaire ni un dangereux extrémiste. Il s’agit d’obtenir le droit de décider de notre avenir. Montpellier et Toulouse n’ont jamais agi avec force pour nous. Jamais».
Jean-Marie ROGER a imputé le «problème du Pays Catalan» aux «élus que nous avons choisis», car «le manque de vision stratégique est notoire». Il a ajouté : «Le béton ne doit pas condamner l’avenir agricole. Faire croître notre population pour compenser la baisse de la dotation de l’Etat aux communes, est une folie ».
Annabelle BRUNET a résumé : «notre projet est économique, identitaire, politique». Jordi Vera a conclu : «sans économie, il n’y a pas de vie sociale, pas de vie culturelle, pas de vie tout court».
OPA souhaite affirmer le Pays Catalan dans le contexte imposé par la région «Occitanie». L’objectif est de créer à Perpignan une Collectivité Territoriale Unique (CTU), dans le cadre de la République Française, selon l’article 72 de la Constitution.
Le 26 octobre sera organisée une première réunion décentralisée, au Centre la Baillie d’Arles sur Tech, suivie d’une deuxième, le 3 novembre en Cerdagne.