Clotilde Font.

 

Clotilde Font, colistière de Me Louis Aliot (FN), conseiller régional des P-O et tête de liste Perpignan Ensemble, nous communique avec prière d’insérer :

« Le désastre annoncé et maintenant imminent. Et Pujol assume cette catastrophe…

Comment les Perpignanais pourraient-ils réinvestir une municipalité qui accumule les mauvais chiffres, les erreurs et les défaillances stratégiques ?

Après les commerçants, les employés municipaux, la dette vertigineuse, l’insécurité et la pauvreté chronique, c’est au tour du directeur d’El « Centre del Mon » de pousser un coup de gueule.

«  Cela repartira tôt ou tard. Je suis convaincu de l’envol économique du Centre Del Mon », Jean-Paul Alduy 23 aout 2013

Et pourtant…aujourd’hui, le groupe METROVACESA  malgré  son investissement à 150 millions d’euros menace de fermeture la galerie commerciale.

C’est un  véritable appel au secours que lance Robinson Osorio, le courageux Directeur fraichement nommé.

Il nous avait été présenté comme « un spécialiste de la gestion de crise » chargé de dé diaboliser  le « Centre Del Mon ». Plein d’espoir, cet été, lors de sa récente nomination, il annonçait fièrement en  avoir sur son bureau les dossiers  de trois commerces et un bureau.

Que sont devenus ces dossiers ?

A la descente du train, les dernières enseignes  fermées, donnent de notre ville une image déplorable.

Si la mission du Directeur est impossible, il ne peut être incriminé.

Sont responsables ceux qui ont eu l’idée saugrenue de ce projet délirant.

Plus personne ne rêve, aujourd’hui, d’installer son activité au sein de ce lieu sinistre et désert. Pour cela il faudrait être fou !

Ne nous voilons pas la face. Chacun sait, que même gratuitement et sans fiscalité,  les commerces ne trouveront pas preneur.

Une question essentielle subsiste. Contre qui vont se retourner les investisseurs Espagnols à qui nos élus ont menti effrontément  et on vendu « un miroir aux alouettes »  (déjà évoqué dans notre article du 23 aout 2013)

Les plus naïfs d’entre nous ne  peuvent croire que ces hommes d’affaire  vont en rester là et qu’un coup de baguette magique redonnera vie à ce centre commercial moribond.

Le Centre Del Mon  n’a pas d’avenir. C’est un mensonge et un scandale dont il faudra assumer la responsabilité et payer les pots cassés. Difficile d’y croire encore !

L’agence de développement économique installée là depuis peu, n’y suffira pas.

Il est temps d’interrompre les promesses et de proposer enfin des solutions destinées à éviter la débâcle.

Cette structure neuve est un échec qu’il faudra bien transformer en atout dans les années qui viennent car en l’état actuel de l’économie locale, ce serait une folie de continuer à perdre ainsi de l’argent et à ternir un peu plus l’image de notre ville.

Nous allons contacter rapidement les  investisseurs afin de leur communiquer notre projet de redynamisation du Centre Del Mon ».