(Hélène GIRARDOT, sous-préfète, directrice de cabinet, lors de son intervention, lundi 2 mai 2016 en fin d’après-midi ; sur la droite, la préfète des P-O, Josiane CHEVALIER).

 

La cérémonie a eu lieu avant-hier, lundi 2 mai 2016, en fin d’après-midi, dans les salons de la Préfecture des Pyrénées-Orientales à Perpignan.

« Cette cérémonie qui nous réunit autour de vous, chère Hélène GIRARDOT, est un moment empreint d’une grande solennité et d’une grande émotion, puisqu’il s’agit de vous porter officiellement la marque de reconnaissance de la République française », devait souligner Mme la Préfète, Josiane CHEVALIER, s’adressant donc directement à Hélène GIRARDOT, et ce devant un parterre de personnalités locales, car rarement, dans notre département, surtout en à peine 4 mois de présence !, à la hauteur de sa fonction, un personnage aura rassemblé autour de lui une si belle unanimité. Pour s’en convaincre, il suffit d’aller à la rencontre des décideurs dans tous les secteurs d’activité sous le soleil du Roussillon, pour vite mesurer cette sincère et réelle popularité, pour comprendre que celles et ceux qui ont été professionnellement en lien direct avec la sous-préfète en ont gardé un précieux contact.

La remise des insignes de Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur obéit à un protocole particulier inhérent à la reconnaissance d’un parcours, d’une carrière, jugé comme particulièrement exemplaire : « Je suis fière que vous m’ayez choisie pour marraine, c’est aussi un moment fort pour moi », a poursuivi Josiane CHEVALIER. « Comme il est d’usage, chère Hélène, il me revient de retracer, devant vos invités, votre parcours professionnel, celui d’une fonctionnaire, puis haut fonctionnaire aux nombreux mérites et qualités. Ces mérites jalonnent un parcours placé sous le signe du travail, au service des autres – en un mot, un parcours qui s’inscrit dans les valeurs de la République (…) ».

Née à Saint-Claude, dans le département du Jura, Hélène GIRARDOT est entrée dans la fonction publique le 1er août 1988, en tant que secrétaire du Secrétaire général de la Préfecture du Rhône, à Lyon. Dix ans plus tard, elle est passée Chef du bureau du cabinet de la Préfecture du Jura à Lons-le-Saunier. En mars 2007, elle est nommée conseillère d’administration de l’Intérieur et de l’Outre-Mer, directrice de la Citoyenneté à la Préfecture de la Côte-d’Or à Dijon. Au mois de mai 2011, elle devient Directrice des collectivités locales et pilote sous l’autorité du préfet la refonte de la carte de l’intercommunalité du département de la Côte-d’Or. En août 2012, elle devient Directrice des services du cabinet du préfet de la Creuse à Guéret. Deux ans plus loin, elle est sous-préfète de Commercy (dans la Meuse). Depuis le 31 décembre 2015, elle est sous-préfète Directrice de cabinet de la préfète des Pyrénées-Orientales à Perpignan.

« Femme de terrain et de dialogue, vous rencontrez rapidement les parlementaires et les élus locaux, les directeurs et les chefs de services opérationnels. Vous investissez l’ensemble des problématiques liés à la sécurité des habitants et des nombreux touristes de ce beau département des Pyrénées-Orientales », insistera encore Josiane CHEVALIER en dressant le portrait de sa directrice de cabinet car, précise-t-elle, « c’est sur ma proposition – j’oserai dire à ma demande, voire même un peu insistante – chère Hélène que vous nous avez rejoint le 31 décembre dernier, avec détermination et beaucoup d’enthousiasme, en qualité de sous-préfète, directrice de cabinet (…). Vous témoignez dans vos fonctions d’une forte capacité d’autonomie, de sang froid et d’un sens aigu des responsabilités. Vous êtes une sous-préfète dont vos interlocuteurs me vantent les qualités (NDLR, journalistes compris !), ce qui ne me surprend pas et ne peut que combler la préfète que je suis (…). Pour ma part, vous savez l’estime personnelle que je vous porte. Je regrette bien sûr que notre collaboration ici soit aussi brève. Jamais deux sans trois !, je sais que nos routes vont encore se croiser et parfois, on peut aussi forcer le destin. Le récit d’une vie prend son sens des leçons qu’on en tire. La vôtre illustre la possibilité qu’offre notre République méritocratique de franchir les étapes vers le sommet quand on a le talent que vous avez (…) ». Il faut rappeler ici qu’ Hélène GIRARDOT a débuté avec pour seul diplôme un BTS de secrétaire de direction (obtenu à l’IRA de Lyon). C’est son formidable parcours professionnel.

Pour conclure son discours, Josiane CHEVALIER n’a pas hésité à citer Olympe de GOUJES : « Le droit de se choisir librement une place dans la société appartient, par la nature, à tout être pensant, et le premier de tous les devoirs est d’être utile ».