A propos du rejet de la motion de soutien à la LGV (Ligne à Grande Vitesse) entre Perpignan & Montpellier, par la majorité de gauche du Conseil général des Pyrénées-Orientales, les élus du Groupe UMP présidé par Jean Rigual (canton Perpignan IV) nous prient d’insérer :

« Présentée ce lundi matin en session publique de l’Assemblée départementale, la motion de soutien à la ligne nouvelle de TGV entre Perpignan et Montpellier, défendue par le groupe des Conseillers Généraux U.M.P n’a pas été du goût des élus de la majorité P.S / P.C entourant la Présidente socialiste du Conseil Général, Hermeline MALHERBE, et qui ont donc décidé de la rejeter en bloc.

Pourquoi ?

Pour faire profil bas devant un gouvernement dont ces élus partagent la sensibilité, et qui pourtant méprise les Catalans comme jamais auparavant !

Pour ceux qui en doutaient encore, désormais et plus que jamais le P.S est synonyme de  Pyrénées-Sacrifiées !

Chaque fois que la gauche arrive au gouvernement, ce sont en effet les Catalans qui trinquent !

L’arrêt du projet de ligne TGV entre Perpignan & Montpellier, en est le nouvel exemple.

Du beau gâchis pour le développement économique de tout notre Département, après un précédent mauvais coup déjà porté à la fin des années 90 par le Ministre communiste des Transports Jean-Claude GAYSSOT, sous l’ancien gouvernement JOSPIN, qui avait « planté » le projet de TGV en Languedoc-Roussillon jusqu’au moment du retour de la Droite au pouvoir en 2002.

Nous partageons l’avis de Christian BOURQUIN, lorsqu’il dénonce le rapport de « branquignols » qui enterre pour 20 ans notre ligne de TGV.

Nous adressons donc en direct au Premier Ministre, notre motion au nom de notre seul groupe d’Elus UMP d’opposition au Conseil général’66, pour l’appeler à plus de raison et remettre la ligne nouvelle de TGV entre Montpellier & Perpignan, au premier rang de ses priorités d’investissements ».