Communiqué de presse de la section PCF de Perpignan

 

« La Haute Ecole D’Art de Perpignan ne doit pas fermer »

 

« La municipalité va-t-elle persister dans sa décision de fermer le premier cycle de cet  établissement? Si oui, cela équivaudrait, à terme, à la condamnation d’un équipement culturel qui fait partie de l’histoire de la ville. Perpignan se verrait amputée d’une dimension culturelle forte (création, éducation…),  nécessaire aux jeunes d’ici désireux de se former dans ce domaine. Le maire, qui souhaite ramener la jeunesse étudiante au centre ville s’y prend de curieuse façon . Et pourquoi avoir créé un Centre d’Art Contemporain adossé à l’école, s’il n’y a plus d’école? De plus, cela entraînerait des pertes d’emplois (les personnels contractuels)!

Certes, l’école d’art pèse lourd dans le budget municipal et l’Etat ne cesse de se désengager, mais que penser d’un maire qui capitule sans combattre? Des pistes existent, les enseignants ont fait des propositions, de nouveaux partenariats sont à trouver, avec l’université, par exemple,  il faudrait se dépenser sans compter pour éviter le pire. Au lieu de cela, prenant une lourde responsabilité, Jean-Marc Pujol et son équipe  ne craignent pas de liquider un service public dans une ville sinistrée, où déjà, on ne compte plus les fermetures de commerces. C’est incompréhensible, voire suicidaire.

Les communistes de Perpignan entendent se mobiliser aux côtés des personnels, étudiants et tous ceux qui sont attachés au maintien de la Haute Ecole d’Art ».

 

Michel Franquesa (Secrétaire de la Section PCF de Perpignan)