Communiqué de presse.

 

« Le groupe d’action France Insoumise « Vite, la VIème République » de Perpignan initié par Mickael Idrac, enseignant et doctorant en sociologie, a organisé le 12 juin dernier dans le cadre de ses cafés citoyens et de l’Observatoire citoyen de la vie quotidienne une rencontre sur le thème de la condition des migrants dans le département.
À la suite de l’intervention de Josie Boucher, porte-parole du mouvement national des États Généraux des Migrations, le débat a été replacé dans un contexte politique tendu entre politiques migratoires restrictives de la part d’une Europe forteresse et déclinaison zélée à une échelle nationale et locale.
Il apparaît en effet au fil de la discussion que rien ne force les collectivités locales à s’engager dans des processus de déni de droit en compliquant les relations entre migrants et administration ou en maintenant des personnes par ailleurs polytraumatisées dans une situation de précarité alarmante. L’exemple le plus frappant reste le maintien en rétention de mineurs.
Comme le rappelait Mickaël IDRAC en clôturant la discussion, la mise en scène du bien-vivre à Perpignan passe par la prise en compte de la question des migrants sur des critères humanistes et solidaires, puisant aux sources de l’Histoire de Perpignan et du département, lointaines ou immédiates.
L’Observatoire citoyen de la vie quotidienne donne rendez-vous à la rentrée pour un nouveau café citoyen ».