« Hier dans les colonnes du journal local, j’ai pris connaissance d’une belle initiative, celle de rendre hommage à un des personnages les plus marquants de notre Cité : Charles Trenet.

Il est né, il y a plus de cent ans à Narbonne le 18 mai 1913, puis est venu s’installer en terre catalane de 1922 à 1930 où, sous l’influence du poète Albert Bausil il façonnera ses premiers succès et chantera Perpignan, ses rues, ses monuments, ses habitants.

Malgré la renommée internationale du Fou Chantant, la Ville de Perpignan et ses élus n’ont jamais manifesté un quelconque intérêt pour ce personnage. Aucun boulevard, avenue, rue ou même impasse ne porte son nom. Pire, en cette année du centenaire de sa naissance, rien. Aucune manifestation, aucun hommage.

Aujourd’hui la ville cherche à rayonner culturellement, avec des équipements d’importance, ainsi que touristiquement. Sans aller jusqu’à un Musée Charles Trenet, situé au 13 Avenue Charles Trenet à Narbonne, la ville aurait tout intérêt à utiliser ce personnage comme force économique.

L’initiative du petit neveu du poète-chanteur est louable, et je l’appelle de mes vœux.  Par contre je doute de la réelle volonté de l’adjoint à la culture et du Maire de rendre hommage à ce personnage.

Pour information, car il n’est jamais trop tard, cette année 2013, célèbre également la naissance de Claude Simon, prix Nobel de littérature en 1985, et qui vécut 10 ans à Perpignan de 1914 à 1924. Il fût même en classe au Lycée François Arago avec Charles Trenet. Ne cherchez pas, pas plus de nom de rue, d’impasse ou d’avenue, de Claude Simon que, de Charles Trenet.

Il est plus simple de construire un Archipel que de rendre hommage aux personnalités marquantes de notre Cité ».