Jacqueline Amiel-Donat (PS).

Me Jacqueline Amiel-Donat (PS), tête de liste du Groupe Nouvelle union avec la gauche sur les bancs du conseil municipal de la Ville de Perpignan, communique :
« Christian Bourquin, visiblement contraint de s’expliquer sur son âne et ses fins de mois difficiles (ce n’est donc pas l’âne banquier de « Peau d’âne »), s’est cru obligé de préciser que plus que le cumul de mandats, ce qui était grave c’était le cumul d’activités : « Le non-cumul des activités est indispensable : être élu et avocat, ou médecin, ou professeur d’université c’est risquer des conflits d’intérêts. » (Le Journal local du 13 avril 2013).
Ooooh, il ne souhaiterait donc plus que Ségolène, médecin à l’hôpital de Perpignan, soit députée ? Et pourtant il voudrait qu’en sus de ses deux mandats de parlementaire et au Conseil Général, elle soit candidate à la Ville de Perpignan ? (…) Ooooh, il se rebelle contre feu son mentor, Georges Freche, Professeur d’université à Montpellier ? Et pourtant sait il – non, il ne sait pas – que Jean Jaurès était Professeur d’Université de Philosophie à Toulouse ? Ooooh ? Et en quoi le fait d’être élu et professeur d’université, ce serait « risquer un conflit d’intérêts » ?
Comme d’habitude, il a été approximatif dans ses propos. A l’instar de Ségolène qui l’avait déjà dénoncé dans un courrier adressé à Martine Aubry en 2012 pour justifier son refus de démissionner de son mandat au CG, c’est « avocat et professeur d’université » qu’il voulait dénoncer. Et puis quand même, comme le champ est trop large, il aurait dû préciser « avocat, professeur d’université et femme ». Mais là encore, ça pourrait en concerner d’autres, il lui faut préciser encore.
Donc, c’est « avocat, professeur d’université, femme, d’origine non auvergnate, 1m72, 54 kg, euh… 60 ans, brune, cheveux courts, mauvais caractère, euh … des lunettes, oui c’est ça des lunettes pour la myopie, et euh… deux enfants, une petite fille et bon, disons le, les yeux bridés, et une voix grave, très grave … ».
Voilà, ça c’est un cumul que selon Christian Bourquin, il faut absolument interdire parce que trop, mais vraiment, trop risqué : une telle “cumularde” ne doit pas accéder à un mandat électif !!! Bon, mais très sincèrement, c’est qui qu’il vise ??? ».