Me Jacqueline Amiel Donat nous communiqué avec prière d’insérer :
 
 

La « fine » journaliste qui sévit dans les rubriques politiques du quotidien catalan local devait hiberner lors de cette dernière campagne municipale. Elle ne s’est pas aperçue que je n’avais pas rejoint Jean Codognes en numéro 2 de sa liste comme il me le proposait. A présent, elle ressort des propos tenus lorsque l’éventualité d’un « binôme » Codognes/Jad était discutée : une répartition entre le mandat de maire et la fonction de président de l’agglomération.

 

Elle omet un point essentiel, c’est que j’ai dit NON, et sans rechercher les raisons de mon refus, elle s’est contentée à l’époque de laisser penser à un problème d’ego qui m’aurait interdit d’être numéro 2…

 

Aujourd’hui, dans son combat acharné pour que la présidence de l’agglomération revienne à Romain Grau ( ???), elle tente de discréditer la position des militants de Gauche qui étaient réunis sur la liste menée par Axel Belliard (dont j’étais numéro 2), en me faisant un procès d’intention

 

Plutôt que d’aller vérifier dans les procès verbaux du Conseil municipal de 2009 à 2014, les propos que j’ai toujours tenus concernant la nécessité – pour l’efficacité de l’action municipale – que le Maire assume la fonction de Président de l’agglomération, elle préfère sortir des propos de leur contexte et qui résultaient effectivement davantage de « marchandages d’ego » que de prise en compte de l’intérêt général – ce dont je n’ai pas voulu.

 

Voilà. C’est devenu ça le métier de journaliste ?