(Communiqué)

 

-« Le rapport de Benjamin Stora sur la Guerre d’Algérie, beaucoup de repentance et une vision à géométrie variable et sens unique de la Guerre d’Algérie et de ses conséquences

Nous déplorons que le Président de la République, Emmanuel Macron, dans une mission de rapport sur la Guerre d’Algérie, n’ait pas trouvé la mesure de confier la lourde tâche d’un tel rapport, à un groupe d’historiens libres et indépendants, de toute vision partisane, idéologique et cela dans la seule démarche d’objectivité et de vérité historique.
Cette mission et ce rapport qui devaient permettre de favoriser l’apaisement et le dialogue dans un pays remué par les discordances mémorielles, mais surtout auprès des familles des victimes, de leurs descendants, des témoins de cette tragédie, fait au contraire rejaillir de la colère et de l’écœurement.
Ce rapport fait essentiellement pour plaire au pouvoir algérien et autres intérêts économiques, idéologiques et politiques, a donc été  confié à un seul homme en la personne Benjamin Stora, lequel ne s’est jamais caché de ses accointances et amitiés avec le pouvoir des anciens caciques du FLN algérien.
Un pavé de plus qui ne relate pas les massacres des harkis, les Français d’Algérie après le 19-Mars 1962, mais pire, du silence du gouvernement français de l’époque, face à ces terribles exactions, ou encore des camps où furent parqués, privés de liberté des harkis et leurs familles arrivés en France, pays des Droits de l’Homme.
Quand aux déclarations récentes du parti communiste dans les médias locaux, point de leçons, nous renverrons ces politiques aux propos de leur journal de propagande de l’époque, qui par haine et représailles à l’égard des harkis et leurs familles, déclarait en des thermes ignobles et inhumains l’occupation de ce camp de Rivesaltes.
« Ce journal raconte et dénonce l’installation d’un camp de transit à Rivesaltes, qu’il qualifie de dépotoir, qu’il met au défi l’autorité du maire de l’époque, que compte faire le conseil municipal pour nous débarrasser des harkis, ou encore Rivesaltes aura elle une municipalité Harki ».
Voilà la vision des ces pseudos humanistes du genre humain, quand plus de 30 000 personnes furent enfermées et parquées injustement dans ce camp de la honte, et lorsque plus de cents cinquante nourrissons, enfants décédés et inhumés à même dans ce funeste camp, et dont jamais le Rapport Stora ne met en accusation qui que ce soit, de cet effroyable crime contre l’Humanité et des conséquences de la guerre d’Algérie pour toutes ces familles.
Parce que seuls ceux qui ont vécu le poids d’une histoire savent combien cela pèse, alors que toutes ces bonnes âmes se rassurent, les représentants des harkis, leurs descendants s’attèleront au rétablissement de la Justice et de la Vérité historique, parce que nombreux sont encore les témoins vivants qui ont payé un lourd tribu ».

Le président du CGHMV
Amar Meniker

 

*CGHMV = Collectif Génération Harki Mémoire et Vérité