De l’avis unanime des observateurs, hier soir, lors du conseil communautaire de Perpignan-Méditerrannée Communauté d’Agglomération (l’Agglo PMCA), on a assisté à un tournant dans la vie politique locale…

François Calvet, sénateur des P-O, maire de Le Soler, vice-président de PMCA et président du Comité départemental de l’UMP’66, a tout simplement voté contre le budget supplémentaire  de l’Agglo présenté par le président de PMCA, l’ex sénateur Jean-Paul Alduy (Parti radical), 1er adjoint au maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol (UMP).

Dans son choix éminemment politique – et stratégique ? – François Calvet a entraîné un autre vice-président UMP de PMCA, Robert Vila, maire de Saint-Estève, tous les deux donc ajoutant leurs voix à celles de l’Opposition de gauche (Louis Caseilles, de Toulouges, Jean-Louis Chambon, de Canohès, Roger Ferrer, d’Estagel, et Jean Vila, de Cabestany).

« Pour une fois, se risquera un élu de la Salanque, les deux Vila ont été sur la même longue ! ».

Cet acte politique a d’autant plus été remarqué dans sa signification symbolique, que le fameux budget avait été élaboré et pré-adopté en commission des Finances, par Bernard Dupont (UMP), vice-président de PMCA et maire de Canet-en-Roussillon…

« Les masques sont tombés, a ironisé un vice-président de PMCA. La haine de François Calvet vis-à-vis de Jean-Marc Pujol a franchi un nouvel échelon. Car honnêtement, le président d’un Comité départemental UMP qui vote contre la ville chef-lieu dirigée par des élus UMP, cela ne doit pas être très fréquent, ailleurs, non ? On peut parler aussi de fin de lune de miel entre Daniel Mach, le maire UMP  de Pollestres battu aux dernières élections législatives, et François Calvet : les violentes dissensions exprimées autour du dossier de création de l’Agence de développement économique sont là pour en témoigner… Calvet a été d’une totale déloyauté envers Dupont et Mach, alors qu’André Bascou (UMP-Rivesaltes) et Fernand Siré (UMP-Saint-Laurent de la Salanque) ont fait preuve d’une tenue très correcte dans le propos et l’analyse des divers dossiers inscrits à l’ordre du jour (…) ».