« Les Insoumis des Pyrénées-Orientales dénoncent la hausse vertigineuse des tarifs ferroviaires TER décidés en juillet 2018 par la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée.
Avant juillet 2018, l’abonnement « IllimiTER Pro » permettait, pour un abonnement mensuel de 80 euros (60 euros pour les étudiants), de circuler dans toute l’ancienne région Languedoc-Roussillon (dispositif étendu à Avignon et Tarascon situés dans la région voisine) de façon illimitée.
Désormais, les nouveaux tarifs des nouveaux abonnements nommés « Frequencio’31 » et « Pass Week-end » ont augmenté de façon exponentielle : 388,70 euros pour un trajet Cerbère / Avignon et 287,30 euros pour un trajet Perpignan / Montpellier, contre 80 euros auparavant pour l’un et l’autre ! En effet, ces nouveaux abonnements sont valables pour une seule et unique destination qu’il faut indiquer de manière contraignante et définitive, alors que le nombre de voyages en TER sur la totalité des lignes de la région était illimité dans l’ancienne formule fort logiquement appelée « IIllimiTER Pro » !
Les Insoumis exigent que la majorité de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée – composée de socialistes, de macronistes, de radicaux, d’écologistes, de régionalistes et de communistes – se ressaisisse en abrogeant le plus rapidement possible ces nouvelles dispositions anti-sociales et anti-écologiques. Elles sont de nature à aggraver les fractures sociales et à renvoyer aux calendes grecques la transition écologique.
Nous nous félicitons que les trois conseillers régionaux Insoumis n’aient pas voté ces mesures régressives et injustes. Eux n’ont pas déraillé… ».

 

Francis DASPE, pour La France Insoumise.