(Communiqué)

 

« Aliot bien acclimaté et intégré au microcosme local

La France Insoumise poursuit son état des lieux régulier après l’élection à la mairie de Perpignan de Louis Aliot. L’élu d’extrême droite n’a visiblement guère de difficultés pour se faire accepter dans le microcosme politique local, se caractérisant par ses clientélismes, ses rentes, ses prébendes et ses aspirations à la (petite) notabilité. Et même jusque dans ses querelles les plus dérisoires…

C’est ainsi que Louis Aliot a fini par obtenir une vice-présidence à la communauté d’agglomération de Perpignan Méditerranée Métropole. Il s’est également vu attribuer des strapontins, parfois même au détriment des représentants de l’ancienne municipalité sortante de Perpignan, lâchée pour l’occasion par ses anciens amis de l’intercommunalité. Pour ceux qui auraient pu encore en douter, la porosité avec la droite est de la sorte hélas confirmée.

En contrepartie, Louis Aliot daigne accorder des concessions à la droite locale. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’annonce indiquant que les membres de son équipe municipale ne participeront pas aux prochaines élections départementales. L’argument du motif du mandat unique au service des Perpignanais masque une réalité moins reluisante. Il laisse le champ libre à la droite, sans aucun doute dans l’espoir de la rétrocession de gratifications pour ses amis, au département comme à l’intercommunalité. En tout cas, ce n‘est pas par simple vertu ou par un quelconque désintéressement, lui qui est si avide d’indemnités sonnantes et trébuchantes…

La France Insoumise dénonce la duplicité et l’hypocrisie ambiantes. Louis Aliot rencontre un écho plus que favorable à sa stratégie d’acclimatation au sein des droites locales. Il s’insère pleinement dans les différentes carambouilles « localistes ». Il évolue comme un poisson dans l’eau dans le microcosme perpignanais. Lui qui vise la gestion intercommunale du logement, aucun risque qu’il soit un « SDF » de la droite locale…

La duplicité et l’hypocrisie s’appliquent de la même manière aux autres soi-disant adversaires de Louis Aliot. Celles et ceux qui tablent dans leurs stratégies électoralistes sur un duel exclusif, en réalité aux allures de duo connivent, avec le Rassemblement National / Front National ou sur une triangulaire dilatoire l’incluant ne combattent pas l’extrême droite. Les uns, les unes et les autres se reconnaîtront…

La France Insoumise ne concèdera rien à l’extrême droite, quelle que soit la forme sous laquelle elle apparaisse et se manifeste. Question de solidité des convictions ! ».

Francis Daspe, animateur de groupe d’action France Insoumise