« En réaction à votre article « PERPIGNAN/ Agglo : Jean-Marc Pujol a réussi son pari d’aller vers la Communauté Urbaine ! »,  Permettez-moi de rappeler d’abord que la Communauté d’Agglomération Perpignan Méditerranée ne pouvait devenir une communauté urbaine si la condition démographique n’était pas remplie. Le premier pari est, sans doute, là, dans cette condition démographique obtenue grâce à l’adhésion des 36 communes, mais grâce aussi aux efforts déployés par l’ancien président Jean-Paul Alduy.

Le second pari est celui des maires des communes, qui ont dit oui à cette communauté urbaine et qui veulent croire que cette évolution puisse offrir à leurs territoires de nouvelles perspectives de développement. Jean-Marc Pujol reçoit donc cette confiance que personnellement, je ne la qualifie pas de pari gagné pour lui à moins qu’il ne s’y attendait pas, mais d’une énorme responsabilité qu’il va falloir qu’il l’assume et qu’il l’honore. Le véritable défi que doit relever l’actuel président est d’associer à cette future communauté urbaine une vision de développement et de progrès.  Dans le cas contraire et si le passage à cette future communauté urbaine est dicté par des besoins financiers à court ou moyen terme, l’enthousiasme actuel risque d’être de courte durée.

En ce qui concerne Pyrénées Méditerranée Crowdfunding, permettez-moi de rappeler, là aussi, à vos aimables lecteurs que « le sophistiqué » Crowfunding est un investissement participatif qui fait appel à plusieurs (petits) investisseurs pour  financer un projet. J’insiste une fois de plus : quelle est la vision stratégique de l’Agglo Perpignan Méditerranée en matière d’économie  (puisque l’ADE est pilotée par son service économique) ? L’imagination et l’initiative que le président sollicite auprès des chefs d’entreprises,  doivent être guidées par une vision, qu’aujourd’hui il ne l’a pas, ou pas encore !


Si aujourd’hui, nous avons presque 50 000  chômeurs dans notre département, c’est dû en partie à notre économie peu diversifiée, qui repose essentiellement sur le commerce et le tourisme. Il est urgent d’engager une réflexion méthodologique et rationnelle, associant tous les acteurs économiques, pour aller vers  une vision stratégique commune, qui permet de transformer la volonté ou les volontés en actes et de construire le futur que l’on a choisi Une telle démarche pourrait se faire à l’aide d’un outil stratégique : le schéma directeur de développement économique que j’ai déjà suggéré lors du précédent mandat. 

Il est nécessaire également de revoir toutes nos plateformes économiques et réhabiliter en priorité Tecnosud dans sa véritable vocation technologique.
Sans une vision stratégique claire, nous serons condamnés à un bric à brac d’actions inutiles et à des dépenses infructueuses ».

Fouzi Bouhadi,

ancien conseiller municipal de Perpignan,

président du parti local République Plurielle.