« La fermeture administrative d’une épicerie de nuit pour une durée de 90 jours prononcée par Monsieur le Préfet à l’encontre d’un établissement de l’avenue Dalbiez à Perpignan est une bonne nouvelle.

Les épiceries de nuit sont souvent devenues des lieux de trafics et de graves nuisances subies par leurs riverains.

Il est bienvenu que les services de l’Etat se disent «mobilisés» pour lutter contre les délits liés à ces établissements, en espérant une prise en compte également des épiceries et bars clandestins.

Il semble en effet plus aisé pour la force publique d’intervenir contre des lieux de vente d’alcool et de cigarette «clandestins».

Rien que pour le quartier Saint Jacques on dénombre huit épiceries et deux bars clandestins…

La liste de ces dix lieux sera transmise une nouvelle fois aux services de l’Etat en espérant un retour de l’autorité républicaine dans le quartier prioritaire de Saint-Jacques ».

 

 

Olivier AMIEL
Adjoint au maire de Perpignan