Intervenant pour Marine Le Pen, présidente du Front National (FN) et députée européenne, l’avocat perpignanais Me Christopher Poloni a lancé hier matin une requête auprès du président du Tribunal de grande instance (TGI) de Perpignan, afin que celui-ci l’autorise à envoyer un huissier à la mairie de Perpignan pour saisir les bandes enregistrées de la dernière séance publique du conseil municipal, qui a eu lieu le 19 septembre.

Il s’agit de retranscrire très exactement les propos tenus par Jordi Vera (CdC/ Convergence Démocratique de Catalogne), conseiller municipal d’Opposition, et de savoir si ces propos s’inscrivent dans le cadre d’une possible plainte en diffamation de Mme Le Pen contre M. Vera.

Me Louis Aliot (FN), conseiller régional des P-O et tête de liste Perpignan Ensemble, soutient, dans une lettre ouverte adressé au président départemental de l’UMP’66, le sénateur François Calvet, que « M. Vera a inventé une grave histoire mettant en cause Marine Le Pen. Contrairement aux affabulations de M. Vera, Marine n’a jamais mis les pieds à Madrid ou ailleurs en Espagne pour participer à des réunions publiques (…) ».