La trêve aura été de courte durée. Après la journée de Noël passée au rond-point du cadran solaire, voilà venu le temps de fortifier le mouvement, de le structurer. C’est ce que nous a confié Diana une des trois fondatrices du mouvement dans notre département avec Christophe et Christian.

Au rond-point nord, voilà quelques jours flotte dans l’air cette envie d’être plus efficace pour mieux se faire entendre, pour ne pas perdre de temps, pour continuer de mobiliser au mieux toutes celles et ceux qui ont les mêmes intérêts à défendre et avant tout, leur dignité.

Pour coordonner les actions, une association

L’assemblée générale constitutive devrait voir le jour le 6 janvier à 15h à Cabestany, dans une salle prêtée gracieusement par la municipalité. Son but sera de coordonner tous les Gilets jaunes dans le département des P.O. C’est à coup sûr, le gage d’une plus grande efficacité. Cet outil, mis en place pour être au service de toutes celles et ceux qui, dans un même mouvement, ont décidé de vivre autrement, était devenu d’une incontestable nécessité. Il autorisera tous les Gilets jaunes à parler d’une même voix face aux interlocuteurs qui ne manqueront pas de se déclarer. Il permettra d’avoir le droit de regard sur toutes les décisions prises, d’apporter les critiques qui ne manqueront pas de voir le jour, de participer activement à la vie démocratique.
Un appel à candidature est lancé. À tous ceux qui le désirent, d’envoyer la photo-copie de leur carte d’identité recto-verso, ainsi que le secteur d’activité correspondant le mieux à leur expérience. C’est à coup sûr, le meilleur moyen pour que l’intégration de tous les candidats se réalise au mieux.
Le courrier est à adresser à : giletsjaunes.po@gmail.com

Le RIC et ses controverses

Si l’association sera porteuse de la volonté de mettre en place le RIC, ce dernier aura le même rang que les autres revendications. Dans les multiples discussions engagées autour du cadran solaire, trois orientations apparaissent.

La première serait de n’avancer qu’avec le RIC, celui-ci devenant l’assurance de pouvoir régler tous les problèmes présents et à venir.
Mais l’histoire de notre pays, vient nous alerter sur cette proposition qui pourrait à terme venir contre-carrer l’effet recherché. En effet, le référendum a toujours favorisé un lien direct entre le chef et le peuple. Louis-Napoléon Bonaparte, surnommé « le petit » par Victor Hugo, l’utilise pour faire valider le coup d’État du 2 décembre 1851 et l’année suivante son sacre.
Le référendum seul, risque ainsi d’amenuiser l’espace démocratique, voire de le supprimer, en réduisant à néant l’expression des corps intermédiaires.
La seconde proposition serait de prendre toutes les revendications déjà avancées et d’y inclure le RIC. De celle partant du pouvoir d’achat du monde du travail, des retraités, du retour de l’ISF et d’en finir avec la fraude fiscale, etc. À celle du monde agricole qui désire vivre décemment du fruit de son travail. Ce serait la proposition de l’association qui va être mise en place.
La troisième constante dans les discussions, est celle de ceux qui ne veulent pas entendre parler du RIC sous n’importe quelle forme. Méfiance envers une chose qui est mal maîtrisée dans l’esprit ? Volonté de voir les revendications dont ils sont porteurs depuis le début sur le pouvoir d’achat, arriver à leur terme rapidement ?
À quelques jours de l’engagement de créer l’association, il nous semble, plus que jamais important, de regarder ce qui unit, en laissant sur la touche dans l’immédiat, ce qui pourrait nuire au rassemblement de tous, au « tous ensemble ».
Il est tout aussi nécessaire à notre avis, de voir la grande diversité du mouvement comme une véritable richesse.
Il apparaît que ces deux conditions sont nécessaires pour permettre aux Gilets jaunes de poursuivre dans la voie qui est la sienne : gagner toute la considération qui est due au peuple de notre pays, d’en finir avec l’arrogance des gouvernants à leur encontre.

Joseph JOURDA.