« Le sondage sorti ce jour sur les intentions de vote à Perpignan me place largement en tête, loin devant le maire sortant, le candidat-député de Macron Romain GRAU, la gauche et les diverses « grosses têtes » étant devenues des variables d’ajustement pour le système en place qui ne cherche qu’une chose : sauver ses places et ses privilèges.

A noter que je réalise le double de mes adversaires qui sont pourtant aux affaires à la mairie, à la Communauté Urbaine, au Département, à la Région ou au gouvernement de la France.

A la même époque en 2013-2014 les enquêtes me créditaient sensiblement du même score avec un LR-LREM PUJOL-GRAU a 33%… la gauche à 19 et CODOGNES le dissident PS aujourd’hui Vert à 10%.

(https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/pyrenees-orientales/perpignan/perpignan-un-nouveau-sondage-place-jean-marc-pujol-en-tete-au-premier-tour-devant-louis-aliot-422753.html)

A noter aussi les réserves de voix qui existent chez les abstentionnistes et qui m’avaient permis de passer de 34 à 45% contre la fausse droite et la vraie gauche unies pour l’occasion.

Le plus intéressant de l’enquête concerne les thèmes qui interpellent les citoyens avec en premier lieu la sécurité et le développement économique. J’y ajouterai volontiers la qualité de vie et l’environnement.

Ces thèmes là seront majeurs dans la campagne qui s’ouvrira au lendemain des européennes.

Je m’y prépare loin des calculs politiciens, des ambitions démesurées, des trahisons, des cervelles de poisson rouge en escarpins, des narcisses de zincs ou des ragots de bas étage qui polluent l’ambiance locale depuis très (trop) longtemps et qui n’est pas que l’apanage d’un seul camp. Malheureusement.

Je me battrai sur les idées, sur le projet et l’avenir de Perpignan auquel je crois. Un projet économique solide, novateur et ambitieux qui redonnera espoir aux milieux économiques, aux jeunes et garantira une vraie qualité de vie.

Je sais que mes adversaires utiliseront tous les moyens pour me nuire et même les plus minables. Je sais aussi qu’une certaine presse ne sera pas objective et qu’elle sera même une adversaire qui s’ajoutera aux autres. Mais qui est encore influencé par la presse militante aujourd’hui ? A l’heure des réseaux sociaux toutes les cartes ont été rebattues…

Les Perpignanais auront l’occasion de réellement changer les choses pour changer la ville.

Ils sont la seule clef qui peut ouvrir les portes d’un autre avenir.

Je leur fais confiance et n’ai aucun doute sur leur volonté de tourner la page Alduy-Pujol-Grau et de leur bilan désastreux ».