Lu sur le Facebook de « l’Ex », Jean-Paul ALDUY (ex-conseiller général, ex-maire, ex-sénateur, ex-président de l’Agglo)…

 

« Les élections européennes ne sont pas des municipales, mais…

Aux municipales la notoriété des candidat.es et leur présence sur le terrain, leur bilan et leur projet peuvent et doivent peser fortement sur le choix des électeurs ; il faut donc prendre les élections européennes pour ce qu’elles sont : une photographie du corps électoral qui mieux qu’un sondage met en lumière des évolutions, des tendances.

Quels enseignements tirer du vote de dimanche ?

✅ Tout d’abord le constat incontournable de l’effondrement du parti de Jean Marc Pujol et François Calvet : 5000 voix en 2014, 2200 en 2019 ! Le maire sortant peut-il continuer à laisser planer le doute sur sa candidature ? Un renoncement n’est il pas dès à présent programmé ? À suivre…

✅ Le tassement des voix du Font National est tout aussi évident : 9700 voix en 2014, 8800 en 2019 ; le FN a eu beau repeindre la façade en RN, les chiffres sont là et ils sont têtus : 10% de voix en moins alors que la participation a augmenté de 9%. Cela explique l’empressement de Louis Aliot, dès hier soir, à appeler à la rescousse les élus de L.R. (Les Républicains), pour l’aider à gagner la bataille des municipales ; Louis Aliot a-t-il déjà contacté François Calvet dont il a dû se souvenir qu’il fut élu en 1998 vice-Président de la Région grâce au F.N. ? À suivre…

✅ Europe- Ecologie augmente son score de 20% (2600 voix en 2014, 3150 en 2019) et dépasse désormais le parti socialiste même si on lui additionne les voix de Benoit Hamon ; aussi Agnès Langevine s’est-elle également empressée d’en appeler au rassemblement, évidemment sur sa gauche, mais jusqu’où sur sa gauche ? France Insoumise ? À suivre…

✅ Pour La République En Marche (L.R.E.M.) aucune comparaison n’est possible car cette formation n’a que deux ans d’existence. On peut simplement noter qu’avec moins de 20% des suffrages il faudra que son leader local, Romain Grau, poursuive activement son implantation pour être en capacité de rassembler sur une démarche et un projet novateur ¨ »ni de droite, ni de gauche »… À suivre…

Pour conclure de façon schématique :

À neuf mois des elections municipales, les européennes avec un taux de participation correct, délivrent leur message à savoir l’effondrement de la base électorale de la municipalité actuelle, le tassement du vote Louis Aliot autour de 30% (alors que d’aucuns prédisaient il y a quelques mois 45%…), Agnès Langevine en pôle-position pour le leadership à gauche et Romain Grau disposant d’un socle qu’il lui faut élargir et conforter.

À suivre… ».

Jean-Paul ALDUY

 

 

Parmi les commentaires, la réaction de François CALVET, sénateur LR des P-O…

 

François Calvet « Je viens de lire avec stupeur ton commentaire sur Facebook.

Je comprends que tu n’as toujours pas digéré ta défaite aux sénatoriales de septembre 2011, mais si tu devais avoir une réflexion sur toi même, ou pour une fois, si tu faisais un petit examen personnel, en remettant en cause ton égo, tu verrais que tu es le seul responsable de cette défaite.

Tu as quitté au bout de trois mois, ton poste de Maire de Perpignan, à la suite de l’annulation de l’élection de 2008 (Affaire des Chaussettes), alors que les électeurs t’avaient renouvelé leur confiance à toi et à ton équipe, en profitant des couleurs de notre parti dont tu as assumé la Présidence durant des années.

Tu as souhaité laisser ta place à Jean Marc Pujol et nous avons respecté ton choix.

Aujourd’hui, tu sembles le regretter, alors que moi je suis toujours resté loyal envers Jean Marc Pujol, son équipe et mon parti. A toutes mes élections, au Soler y compris, j’ai eu le Front National et je l’ai battu. Je n’ai donc aucune leçon à recevoir.

Jean Marc Pujol peut s’enorgueillir d’avoir fait pour la Ville de Perpignan, en un mandat, plus que toi en 20 ans.

Voilà ce que pensent beaucoup de gens et aujourd’hui attiser les divisions finira bien par installer Louis Aliot, mais peut être l’as-tu déjà en point de mire ?

Tu t’es retiré de la politique, c’est ton choix, il t’appartient, nous n’avons plus besoin de ton expertise ».