Communiqué de Brice LAFONTAINE, conseiller municipal et communautaire à Perpignan : 

« Je tiens à faire part publiquement de mon soutien à la DUP (Déclaration d’Utilité Publique) de la rue des Augustins. Il en va de l’intérêt de la ville que cette artère emblématique par sa position géographique et son histoire revive. J’avais d’ailleurs fait part de l’idée d’une DUP au maire (NDLR, Jean-Marc PUJOL) en 2014, qu’il avait vite balayée. Cinq ans plus tard, il la lance en grande pompe. Ce n’est pas parce que je suis dans l’opposition que je serais contre un projet que j’avais moi-même proposé. 
Néanmoins, la réunion de ce mardi soir menée par Olivier AMIEL doit appeler à une grande vigilance pour ne pas tromper les perpignanais. Par la voix de son adjoint, le maire communique ainsi sur deux thèmes qu’il est de mon devoir de rectifier : 
Les parkings de surface : Le maire prétend qu’il n’y peut rien si la société à laquelle il a délégué la gestion des parkings met des amendes dès la première minute de dépassement. Or, lors du vote de la délégation, je m’étais opposé et avais proposé -entre autres : d’abord une tolérance de 10min, ensuite que le contrat ne porte pas sur 9 ans car c’est une date trop éloignée pour renégocier. Refus catégorique du maire car la redevance payée par Indigo à la ville aurait été moindre. Évidemment… Jean-Marc PUJOL savait donc pertinemment que la société comptait particulièrement sur les premières minutes de dépassement.
Ensuite sur la taxe foncière. Plusieurs propriétaires se sont plaint de la contrainte que représente une taxe foncière trop élevée. Olivier AMIEL, reprenant alors les propos du maire, les a rassurés en des termes proches de l’arnaque. En effet, Jean-Marc PUJOL prévoit bien de baisser la taxe foncière sur la ville de Perpignan… après l’avoir lui-même augmenté à la communauté urbaine. Et encore, sans compter d’autres taxes (refus d’exonération de la CFE, taxe GEMAPI, hausse du versement transport, …). Quand on ne dit les choses qu’à moitié, ça n’a plus le même sens.
Mon soutien à cette DUP est donc réel mais conditionné à ne pas prendre les perpignanais pour des idiots. Je resterai vigilant, dans l’intérêt de la ville ».