La petite phrase assassine lâchée récemment dans les colonnes du journal L’Indépendant, lors d’une interview par la 1ère secrétaire de la fédération catalane du Parti socialiste et vice-présidente du Département, Ségolène NEUVILLE, ex secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l’exclusion, continue de faire de sacrés remous chez les militants et parmi les élus socialistes dans les P-O.

Ségolène NEUVILLE n’avait pas hésité à qualifier de « répulsive » la liste socialiste aux municipales de 2014 sur Perpignan, conduite par le 1er secrétaire d’alors et député de la 1ère circonscription des P-O, Jacques CRESTA.

Ce mercredi matin, en terrasse sur les berges de la Basse, un élu PS faisait remarquer : « Dans le propos de Ségolène il y a quelque chose qui cloche, qui ne colle pas et qui est dérangeant, que je ne comprends pas en tout cas. Jacques CRESTA, si mes souvenirs sont bons, en 2014, au soir du 1er tour des municipales sur Perpignan, il pouvait se maintenir pour le second tour. Il ne l’a pas fait, estimant que se maintenir c’était faire élire Louis ALIOT et son Front National. Aux élections législatives de l’an passé, Ségolène NEUVILLE, candidate à sa propre « succession » sur la 3ème circonscription des P-O, a été éliminée dès le 1er tour, non ? Dans ces conditions, qui est répulsif ? »

C’est presque un sujet de philosophie pour le baccalauréat. A voir la suite.