Communiqué de Presse / Groupe des Conseillers Départementaux URDC-66
UNION REPUBLICAINE DE LA DROITE & DU CENTRE des Pyrénées-Orientales
Jean SOL (Président), Joëlle ANGLADE, Armande BARRERE, Annabelle BRUNET, Jean CASTEX, Jean-Louis CHAMBON, Thierry DEL POSO, Hélène JOSENDE, Nathalie PIQUÉ, Richard PULY-BELLI, Robert VILA.
__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

« Conseil Départemental : coup de rabot de 7 millions d’€ sur les crédits d’insertion !

 

14,6 millions d’€, c’est le chiffre des dépenses engagées par le Département en 2018 pour l’ensemble de ses politiques d’insertion à destination des quelques 21 000 foyers allocataires du RSA que comptent les Pyrénées-Orientales.
Jamais ce chiffre n’avait été aussi bas depuis ces dix dernières années, sous la présidence d’Hermeline MALHERBE (PS), rapporté au volume « conséquent » du budget consacré au versement des allocations de RSA de 130 millions d’€ en 2018 ! Pour mémoire, en 2006 : le Département consacrait déjà près de 14 millions d’€ de crédits d’insertion ; mais pour un volume global d’allocations versées (à l’époque le RMI), deux fois moindre à 62,5 millions d’€…
Autant du point de vue des crédits d’insertion l’année 2017 avait-elle fait référence, tant l’engagement du Conseil Départemental en la matière avait été exemplaire, avec un pic à plus de 21 millions d’€ de crédits ouverts destinés à lever au maximum les freins à l’insertion (au niveau de la formation, des mobilités, du logement, de la santé, etc.) ; autant le bilan de l’année 2018 s’avère en inadéquation totale avec une réduction jamais vue de 7 millions d’€ sur l’enveloppe budgétaire annuelle dédiée au financement des politiques d’insertion du Département !
Si l’Etat & le Gouvernement « MACRON » portent une grande part de responsabilité dans la réduction drastique notamment des « contrats aidés » & des crédits alloués au financement de ces mêmes contrats, véritables outils privilégiés au service du retour à l’emploi des bénéficiaires du RSA ; le Conseil Départemental et sa majorité ont fait montre – de leur côté – d’un manque d’anticipation incompréhensible.
Malgré la qualité du travail accompli par les agents du Département et l’ensemble des bénévoles de la filière investis au quotidien dans l’insertion sociale et préprofessionnelle de nos concitoyens les plus fragiles et les démunis ; le « manque de volontarisme » du Conseil Départemental des P-O ressort de la façon la plus criante sur le front des dispositifs censés favoriser le retour durable à l’emploi et ainsi, l’autonomie professionnelle des publics allocataires du RSA, les plus à même de retrouver le chemin du travail. C’est aberrant !
A quand un « audacieux » Plan départemental de retour à l’emploi pour remettre le pied à l’étrier des milliers de personnes, bien trop éloignées, contre leur volonté, du monde du travail ? ».