Réaction à l’affaire dite « Dieudonné »

 

Daniel Mach, maire de Pollestres, vice-président de l’Agglo PMCA (Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération), secrétaire départemental de l’UMP et ancien député des P-O, nous communique avec prière d’insérer :

« Je tiens avant tout à saluer l’initiative du maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, visant à l’annulation du spectacle de Dieudonné à Perpignan.

En ce qui me concerne, je trouve qu’elle est étroitement similaire à l’action que j’avais engagée en justice contre le chanteur Monsieur R. qui tenait, dans sa chanson « FranSSe », des propos racistes anti-blancs, anti-forces de l’ordre et sexistes, incitant à la haine. A l’époque, ce procès avait abouti à la relaxe du chanteur sous couvert de la liberté d’expression, mais je constate qu’elle aura tout de même eu l’avantage de diminuer considérablement les apparitions et promotions de ces pseudos-chanteurs sur les plateaux télé. Le combat politique, quand il n’est pas mené, est toujours perdu. Le combat courageux que mène Jean-Marc PUJOL pour le respect et la préservation de l’ordre public doit être soutenu et non pas isolé.

L’action politique a toujours un sens et l’action judiciaire, quant à elle, permet l’application de la loi, mais je persiste à dire que l’on ne peut pas tout accepter, ni tout permettre, sous prétexte de la défense de la liberté d’expression. Les propos de Thierry Méier, représentant de Boitaclous, résument à eux seuls la portée des sketches ou chansons de certains artistes qui font plus de la propagande que du spectacle. En effet, « il y a des propos que l’on tient sur scène, quand on est artiste, qui vous engagent en tant qu’homme dans la vie » et les responsabilités que l’on prend en les prononçant peuvent être lourdes de conséquences, toujours sous couvert de la liberté d’expression et du spectacle ».