« C’est une honte, c’est de l’amateurisme, c’est un scandale » : telle est la réaction insupportable du président départemental de l’UMIH’66 (l’Union des Métiers de l’Industrie Hôtelière des Pyrénées-Orientales), Hervé Montoyo, à nos confrères du journal L’Indépendant dans l’édition dominicale, suite à la décision annoncée, hier soir, par le Premier ministre Edouard Philippe, de passer au Stade 3 face à la crise sanitaire née de la pandémie du coronavirus ; Stade 3 qui se traduit dans les faits et sur le terrain par la fermeture de tous les lieux publics et privés « non indispensables à la vie du pays » (dont les bars, restaurants, cinéma, discothèques, grands magasins non alimentaires, etc.-etc.).

Selon la journaliste qui signe cet article : « Henri Montoyo fustige cette décision ».

Cette réaction, dans une période difficile, au cours de laquelle des gens meurent par dizaines sur notre territoire national, et tandis que des dizaines de milliers voire des centaines de milliers d’autres* pourraient être contaminées dans les jours et semaines qui viennent, cette réaction est pour le moins stupide, indigne en tout cas de la part d’une personne aux commandes d’un syndicat professionnel représentatif (même s’il n’est plus restaurateur lui-même) qui devrait de par ses fonctions faire preuve de davantage de responsabilité. Ces propos sont autant plus choquants et insupportables à un moment où la nation a davantage besoin de solidarité, de serrer les coudes, de civisme collectif, face à un fléau bactériologique des plus menaçants pour la santé publique de toutes et de tous.

Même si l’annonce du chef du gouvernement est tombée comme un couperet, un coup de massue, brutalement, elle ne doit pas être moins respectée. Certes, tout cela peut paraître précipité, surréaliste, mais devant une telle crise sanitaire, il faut savoir faire front commun.

 

*Selon le journal Le Monde : « Plus de la moitié de la population française sera probablement touchée par le coronavirus »