« Eh voilà, on revient à la réalité…
On ne pouvait se servir de cette crise sanitaire pour laisser faire n’importe quoi et semble-t-il un business sur la santé. Les prix appliqués jusque-là étaient scandaleux !

Heureusement de nombreux bénévoles ont agi pour rendre cette protection, qui est maintenant reconnue et sûrement obligatoire, à la portée de tous.
Le MoDEM’66 s’en était offusqué à juste titre ».

Guy Torreilles, responsable du MoDEM’66