La crise sanitaire coronavirus – COVID-19 et variants – laissera des traces dans l’économie (inter)nationale. Tous les experts sont formels et s’en accordent : « Rien ne sera plus jamais comme avant » !

Parmi les secteurs de l’économie qui devraient connaître des bouleversements, pour ne pas dire une (r)évolution, celui de la restauration ne sera pas en reste.

En effet, nombre d’établissements, situés dans des quartiers d’affaires, type celui de la gare TGV à Perpignan (Centre-del-Mon), sont carrément menacés de disparition à la sortie de la crise. La raison : le télétravail.

Dans certaines administrations, collectivités locales et/ ou territoriales, avant la crise coronavirus le télétravail ne pesait pas grand chose au quotidien, pour ne pas dire rien. Avec la crise, on a compté jusqu’à 80% d’employés privilégiant le système du télétravail, soit par obligation professionnelle de l’employeur, ou par choix quand cela est possible.

Les incontournables de la planète Numérique, les spécialistes du Digital, les pilotes d’entreprises innovantes, parient sur un salarié sur deux à l’avenir qui pourrait utiliser le télétravail au quotidien.

Entre les employés qui ne viendront plus au bureau – Quand leur présence n’est pas indispensable pour faire fonctionner l’entreprise, privée ou publique – et ceux qui ont déjà pris l’habitude de se faire livrer au bureau une salade ou un encas à l’heure du déjeuner : nombre de restaurants, pour survivre, vont devoir s’adapter, changer leur plat du jour (c’est une image).

L’hôtellerie – déjà très impactée par Airbnb et TripAdvisor – et les concessions automobiles pourraient également pâtir sévèrement de cette sortie de crise sanitaire, économique et sociale, car là aussi les habitudes des consommateurs ont changé et, surtout, un retour en arrière semble impensable, inimaginable.

A suivre.

L.M.