Communiqué du PCF’66

« A propos du Conservatoire

La Communauté urbaine a commandé, sur le Conservatoire, un audit dont les premières constatations ont suscité un débat au sein de l’Assemblée de Communauté. Le président, Jean-Marc Pujol, mettant en avant le coût très élevé de cette structure. Parmi les propositions envisagées figure l’augmentation des droits d’inscription.

Cette affaire, malheureusement, est une nouvelle illustration des conséquences des réductions drastiques des dotations de l’État aux collectivités territoriales, de l’étranglement financier de ces dernières.

Avec plus de 3 000 élèves le Conservatoire à Rayonnement Régional est la structure publique qui assure l’essentiel de la formation musicale dans le département, bien plus, c’est sans doute regrettable, que l’Éducation Nationale. Il remplit une mission d’éveil, de pédagogie, de formation professionnelle. Les élèves s’y ouvrent à la culture, découvrent différentes formes d’expression. Le parcours ultérieur de nombre de jeunes passés par cette institution est parlant. Dans notre société en déshérence, l’investissement pour la jeunesse est un investissement d’avenir, bien plus que le tout sécuritaire. Il est certain que cela pèse lourd sur les finances des collectivités locales et il y a une bataille à mener pour que l’État prenne ses responsabilités. Mais penser que c’est en augmentant fortement les droits d’inscription qu’on réglera le problème c’est se leurrer, ou vouloir la mort de l’établissement, du moins en tant que service public concernant l’ensemble de la population

On peut regretter que cette évidence ne soit pas partagée par le président de la Communauté urbaine qui mène une politique de gestion comptable. Ne vient-il pas, en tant que maire et pour des raisons similaires, de fermer la Haute École d’Art ? Loin de nous l’idée de dilapider les deniers publics, mais de définir des priorités. Pour les communistes le service public d’enseignement et de culture fait partie de celles-ci, et ils suivront avec beaucoup de vigilance l’évolution de la situation du CRR ».

PCF 66, 44 avenue de Prades, 66000 Perpignan. Tel : 04 68 35 63 64. Fax : 04 68 34 50 44 E. mail : fede66@66.pcf.fr