Hier jeudi 8 novembre, au Conseil municipal de Perpignan, Olivier AMIEL, adjoint (LR/ Les Républicains) en charge du Logement et de la Rénovation Urbaine, a proposé l’approbation (votée à la majorité, abstention de l’Opposition) de la convention avec l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), dans le cadre du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU), « malgré les blocages de certains chantiers sur le quartier Saint-Jacques par une minorité d’individus pour des intérêts privés et politiciens ».
Pour Olivier AMIEL, « Il est hors de question de prendre le risque d’avoir des morts sous des décombres comme lors des effondrements tragiques de Marseille. Il est hors de question de perdre les 100 millions d’euros d’investissements publics pour St Jacques qui est un des quartiers les plus pauvres de France. Il est hors de question de pénaliser les deux autres quartiers prioritaires du Vernet et du Champ de Mars qui à eux deux attendent également 100 millions d’euros d’investissements publics. Il est hors de question de céder à la pression violente d’une poignée de bloqueurs encouragée par des politiciens irresponsables comme le député Romain GRAU ou des associations qui rêvent d’instaurer une ZAD en plein cœur de Perpignan. Le NPNRU est un bon projet qui a été co-construit avec les habitants depuis 4 ans afin de répondre à l’urgence urbaine, mais aussi humaine en matière de sécurité, d’emploi, d’éducation… C’est la dernière chance pour le quartier Saint-Jacques et ses habitants. Ce n’est pas et plus le moment de manquer de courage ».

 

 

(Photo de Frédéric Vennarecci) : Olivier AMIEL et Fatima DAHINE au Conseil municipal d’hier, jeudi  8 novembre 2018