Communiqué de presse.

« Débat d’orientation budgétaire au Conseil Départemental des P-O : la mascarade ! »

« Si la situation sociale de notre département n’était pas aussi préoccupante, la petite passe d’armes lors de la dernière séance du Conseil Départemental, entre la majorité socialo-communiste d’Hermeline MALHERBE et le représentant du Gouvernement, le Conseiller départemental-député Romain GRAU, pourrait prêter à sourire…

Il n’est visiblement pas inutile de rappeler à ces deux élus qu’ils sont chacun, à leur manière, les héritiers du Gouvernement Hollande-Macron qui a conduit à cette situation financière délicate pour nos départements. Notons au passage que le Gouvernement Macron a d’ailleurs clairement l’intention de supprimer à terme les départements, preuve en est l’annonce récente des projets de fusion entre les Bouches du Rhône et la Communauté Urbaine de Marseille, le Nord avec Lille ou encore les Alpes-Maritimes avec Nice !

Pour les Pyrénées-Orientales, chacun sait que la politique menée par l’exécutif socialo-communiste depuis son élection manque cruellement d’ambition, avec une vision d’avenir qui se résume à favoriser toujours plus l’assistanat au détriment de l’Emploi et du Développement Durable de notre territoire. A ce sujet, on peut s’étonner de l’auto-satisfecit de Nicolas Garcia, le Vice-Président communiste du Conseil Départemental, dans le dernier numéro du magazine de l’exécutif « l’Accent Catalan » : en effet, alors que nos nappes phréatiques baissent irrémédiablement, on constate que rien n’est prévu pour diversifier les captages ou pour assurer la pérennité de la ressource en eau, alors que parallèlement notre population augmente d’année en année.

Sur les infrastructures également, Perpignan notamment, est la première victime du sectarisme politique et du manque de vision à long terme de la majorité départementale : le retard pris pour la construction de la déviation, la seule ville de plus de 100 000 habitants en France qui ne dispose pas de rocade complète ! Sans parler du réseau routier secondaire dont chacun pourra constater le manque d’entretien…

Sachant que notre département est l’un des plus pauvres de France, que le budget de fonctionnement du Conseil Départemental est encore en hausse (+2% à 530 millions d’euros), les élus FN et RBM des Pyrénées-Orientales réclament une réorientation budgétaire en faveur de mesures qui apporteront activité et emploi pour notre territoire. Les élus FN et RBM dénoncent également les coûteuses opérations de communication dont sont coutumiers les exécutifs socialo-communistes, toujours plus préoccupés par leurs intérêts électoralistes que par le développement de nos territoires ».