Communiqué de presse.

 

« En tant que représentants du comité “Génération.s” de Perpignan, nous avons interpellé à plusieurs reprises Mme MALHERBE au titre de Présidente du Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales concernant l’expérimentation du Revenu de base. L’absence totale de réponse à ce sujet nous fait craindre que les questions de solidarités ne soient plus une des priorités de notre Conseil Départemental.

De quoi est-il question ?

Pour “Génération.S”, le mouvement initié par Benoît HAMON, c’est bien l’humanisme qui est au cœur de nos valeurs et la solidarité avec les plus démunis doit en être un des indicateurs fort !

Treize Départements (la Gironde, l’Ardèche, l’Ariège, l’Aude, la Dordogne, le Gers, la Haute-Garonne, l’Ille-et-Vilaine, les Landes, le Lot et Garonne, la Meurthe-et-Moselle, la Nièvre, la Seine-Saint-Denis) veulent expérimenter le Revenu de base.

Ces départements ont fait le constat que la multiplicité des dispositifs, leurs complexités, le décalage parfois important entre les besoins vitaux immédiats et le versement des prestations, contribuaient à maintenir de nombreux citoyens dans une grande pauvreté, en particulier les 18 à 25 ans le plus souvent exclus des dispositifs existants.

La solution proposée est bien en deçà du concept de “Revenu Universel d’Existence” défendu par Benoît HAMON. En effet, le Revenu Universel d’Existence tel que le propose Génération.S est un nouveau droit inaliénable, inconditionnel et universel qui prend en compte les revenus nécessaires pour couvrir les besoins vitaux des citoyens permettant ainsi de se libérer des travaux pénibles et peu rémunérés et de faire face de manière constructive à l’automatisation du travail.

Avec le revenu de base tel qu’il est étudié par les treize départements, Il est donc question de rendre plus efficace le versement d’aides déjà prévu par la loi, à travers notamment le versement automatique et sans conditions d’aides. En effet, 30% des ayants droits ne font pas la demande du RSA, prime d’activités ou des APL.

Doit-on rappeler que les 30 milliards d’euros de baisses de cotisations pour les entreprises, en plus du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), qui représentaient une enveloppe de 20 milliards d’euros en 2015, ont été versés de façon “automatique”, et sans aucune contrepartie ! Est-il alors décent de demander aux plus démuni(e)s d’entre nous de devoir faire de nombreuses démarches administratives, de se justifier, pour avoir juste le minimum pour survivre ?

Nous ne pouvons que regretter le silence de notre Présidente du Conseil Départemental sur ce sujet alors que les PO font partie des trois départements les plus pauvres de France.

Le mouvement Génération.S invite l’ensemble de la population des PO à nous rejoindre pour défendre ces mesures et demander à Mme MALHERBE de se positionner sur ce sujet.

La politique est une question de choix. A l’heure des cadeaux quotidiens faits aux prétendus « premiers de cordées », le mouvement Génération.S fait le choix politique de soutenir les mesures solidaires, et résolument de gauche ».