– Perpignan : “Pourquoi un centre de dépollution de l’eau dans le Square Bir Hakeim ? Pourquoi une augmentation du prix de l’eau ? ”
Sous ce titre, l’opposante municipale Clotilde RIPOULL, tête de liste « Perpignan Equilibre » aux dernières élections municipales, interpelle…
« Après l’abattage des platanes bicentenaires – coïncidence ou pas ?- c’est au cœur du Square Bir Hakeim que va être implanté un ouvrage de dépollution de l’eau, dans quelques semaines. Un dossier sérieux et majeur pour les habitants, avec une augmentation du prix de l’abonnement et de l’eau. Mais, ni la ville, ni la communauté urbaine (à l’origine de ce projet) n’ont apporté de données précises. Je tiens à informer les Perpignanais et en demandant plus de transparence à Jean-Marc PUJOL (NDLR, maire Les Républicains/ LR de Perpignan, président de l’Agglo).
– 1 – L’eau de l’un des principaux forages de Perpignan, situé sous le square Bir Hakeim, est-elle polluée ?
Oui, ce forage est pollué à des niveaux importants par deux substances toxiques. Jusqu’à présent, il n’était utilisé quelques jours par an. En effet, les eaux de cette nappe contiennent deux substances dangereuses : le tétrachloroéthylène est susceptible de provoquer le cancer ; quant au trichloréthylène il est classé cancérogène depuis 2012. La collectivité a obtenu deux dérogations (par arrêté préfectoral entre 2008 et jusqu’en mars 2015) afin d’utiliser l’eau de ce forage malgré la présence de ces substances. Le niveau autorisé devait être inférieur à 40ug/l pour le tétrachloroéthylène et 20 ug/l pour le trichloroéthylène1. A la même époque le ministère de la Santé fixait les limites de qualité dans l’eau de robinet, pour ces deux substances à … 10 ug/l2
– 2 – La consommation de cette eau est-elle dangereuse et pour qui ?
Dans la mesure où ce forage n’était utilisé que quelques jours par an (4 jours en 2012), les autorités se veulent rassurantes. La dernière analyse de l’ARS va dans ce sens et précise que les valeurs dépassent les valeurs de qualité, les jours où le forage est utilisé, dans la zone située entre le quartier des platanes et le champ de Mars 3 . Même si les informations données sont rassurantes, moi-même et l’association Perpignan Équilibre que je préside regrettent surtout qu’une information spécifique n’ait pas été donnée aux Perpignanais concernés. Informés, ils auraient pu, les jours d’utilisation du forage, choisir de consommer de l’eau minérale : « Il ne s’agit pas d’affoler les gens mais bien de les rendre responsables et capables de choisir, pas de subir ». Il est à remarquer que la ville d’Avignon, pour le même type de problème a pris des mesures beaucoup plus radicales !
– 3 – Pourquoi crée-t-on en plein square Bir Hakeim un ouvrage de dépollution ?
Il est clairement précisé dans le rapport (dossier 12) du conseil de communauté de l’agglomération demandant la création de cet ouvrage que : «Face à l’enjeu que représente cet ouvrage vis-à-vis de la sécurisation de l’alimentation en eau potable de Perpignan, ce traitement de l’eau du forage du square Bir Hakeim est désormais impératif afin de respecter la limite réglementaire en TCE et PCE dans l’eau distribuée. »
Cela signifie que ce forage loin d’être arrêté va être utilisé au moins autant qu’avant, sinon davantage. Pour le rendre utilisable, un procédé à base de charbon a été testé avec le CNRS. Il faut s’assurer que ce système de dépollution soit vraiment efficace. Voilà pourquoi, afin de rassurer les Perpignanais et les milliers d’habitants dans la zone du Champ de Mars jusqu’au quartier des Platanes, Perpignan Équilibre demande :
– qu’à l’issue des travaux de dépollution des analyses indépendantes soient réalisées et rendues publiques ;
– d’apporter des informations régulières aux habitants par courrier ou mail sur l’utilisation de ce forage et les teneurs en substances toxiques.
– 4 – Ces travaux font-ils augmenter le prix de l’eau de Perpignanais ?
Malheureusement oui ! Derrière le dossier sanitaire, il y aussi un dossier financier. Là encore, le rapport de la communauté d’agglomération est très clair et nous le citons : « les conditions techniques et économiques de réalisation et prise en charge par le Délégataire des ouvrages de traitement des eaux du forage du square Bir Hakeim et de leur intégration au patrimoine du contrat d’affermage. L’impact financier de ces travaux concessifs s’établit à une augmentation de 1,18€ ht de la part abonnement semestrielle de tous les compteurs et une augmentation de la part proportionnelle de 0,0075€/m sur la première tranche de consommation concernant les 60 premiers mètres cube consommés annuellement et une augmentation de 0,0225€/m sur la 2ème tranche de consommation qui s’applique aux volumes consommés au-delà de 60 m 3 ».
– 5 – Concrètement, quel est l’impact global ?
Là encore, nous ne faisons que citer le rapporteur du projet à l’agglomération : «un impact de 2,26% sur le montant de la recette fermière. » Celle-ci va augmenter puisque l’on va faire davantage payer le l’abonnement et l’eau aux Perpignanais. Comme par, hasard, cette augmentation étant inférieure à 5%, elle ne nécessite pas l’accord de la commission Délégation de Service Public…
6 – Quelle est votre position sur cette augmentation Clotilde RIPOULL ?
Je suis obligée de dire qu’à Perpignan Équilibre nous craignons que la dépollution soit un bon prétexte pour augmenter le prix de l’eau, ni vu ni connu. D’ores et déjà, je constate que M. ALIOT (NDLR, député européen, FN, conseiller municipal et communautaire de Perpignan), brille par son absence et que les élus majoritaires ne contrôlent absolument pas les dossiers.
Soyons précis : ce système de dépollution est un investissement ponctuel de quelques 700 000 euros (information communiquée par les services de l’agglomération). Son fonctionnement au charbon actif devrait avoir un coût limité. Alors, pourquoi augmenter durablement le prix de l’abonnement et le prix de l’eau ?
A Perpignan Équilibre nous demandons tant sur le volet sanitaire que sur le volet financier des explications claires et transparentes.
Jean-Marc PUJOL doit les fournir, puisqu’il est aussi président de l’agglomération.
Questions annexes :
Comment se présentera ce bâtiment dans le square Bir Hakeim ?
Un bâtiment de traitement de 15 m de long et de 3m de haut sera construit et enterré au niveau de la rue barrée qui sépare le square bir hakeim et l’espace de jeu des enfants. A priori, il ne devrait pas être visible puisqu’il sera totalement sous-terrain. A priori aussi, quelques arbres et/ou arbustes devraient être touchés par le projet.
Connaît-on l’origine de cette pollution ?
Une étude a été diligentée par l’agglomération en 2009 et confiée à la société SAFEGE pour un montant plus de 33 000 euros (trente-trois mille euros) en 2009. Malgré cette étude la cause n’a pas été trouvée ».
Propos recueillis par JMM.