Olivier AMIEL, adjoint au maire de Perpignan, s’est rendu ce jeudi matin aux côtés des personnels pénitentiaires mobilisés suite à l’acte terroriste perpétré par un détenu radicalisé contre deux surveillants à la prison de Condé-sur-Sarthe. « Les mesures de sécurité promises suite au mouvement social de l’an passé n’ont toujours pas été mises en place », a déploré l’élu de la Ville de Perpignan. « Pire, le gouvernement prévoit l’incarcération de jihadistes de retour de Syrie dans des prisons de droit commun alors que leur place est dans des prisons militaires. Plus que jamais, le retour de l’autorité républicaine en France passe par le combat légitime de nos personnels pénitentiaires ».