Louis ALIOT, député (RN) de la 2e circonscription de P-O, candidat à la mairie de Perpignan lors des prochaines municipales (15 & 22 mars), nous communique avec prière d’insérer :

 

« Madame DELGA, la présidente PS de la Région fait campagne avec l’argent des contribuables et les moyens de l’institution.

Sectaire et arrogante, elle a passé son discours de soi-disant vœux à parler de ma possible victoire Perpignan et à diffamer mes amis maires que sont Robert MENARD, à Béziers et Julien SANCHEZ, à Beaucaire…

Mais quel est le bilan de cette présidente venue soutenir la candidature de sa vice-présidente Agnès LANGEVINE-CODOGNES ?

Condamnée pour discrimination ( https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/gard/beaucaire-carole-delga-condamnee-discrimination-maire-rn-1660675.html ) , épinglée par la cour des comptes pour sa gestion brouillonne et dispendieuse, elle a été incapable de bâtir une stratégie durable pour la Région.

L’ancienne ministre de François HOLLANDE est en grande difficulté et sa majorité chancelante après le départ de LFI* et la dissidence voilée des élus communistes qui, à Perpignan, soutiennent la liste d’extrême gauche.

Absente des grands dossiers régionaux telle que la LGV**, lâchée par plusieurs soutiens de gauche, elle passe son temps à se promener, y compris à l’étranger, en insultant les électeurs du Rassemblement National (RN) tout en trainant son bilan catastrophique.

Incompétente et méprisante, elle sait très bien que son siège est éjectable et que ses jours à la présidence de Région sont comptés, tant il est vrai que le vote socialiste s’évapore élection après élection. La présidente perd son sang froid, ce qui en dit long sur ses échecs.

Perpignan est emblématique. Car en réussissant à Perpignan, nous démontrerons notre capacité à gérer, à rassembler et à défendre notre ville, notre territoire et nos concitoyens loin de ce sectarisme qui a tant abîmé notre démocratie.

Comme à Béziers, comme à Beaucaire, nous rétablirons la vérité et contribuerons à redynamiser le tissu économique en très grande difficulté.

Le chantage à la subvention et les peurs agitées par cette gauche en faillite ne tromperont personne ! Les électeurs roussillonnais sauront renvoyer à Toulouse cette élue vindicative qui tente d’influencer le scrutin perpignanais avec l’argent du contribuable.

Le temps des grands féodaux est révolu et Dame DELGA ferait mieux de balayer devant sa porte ».

 

*LFI = La France Insoumise.

**LGV = Ligne à Grande Vitesse.