Communiqué de presse.

 

« Le conseil départemental vient de lancer une nouvelle marque. Après 350 années épuisées à communiquer en vain sur « Pyrénées-Orientales », voilà que le Département a une nouvelle idée : faire dans l’abstrait. La 4e dimension, terme peu flatteur pour un territoire où l’on a l’habitude effectivement d’élire des responsables dont on se demande s’ils vivent dans la même dimension que nous. Partout en France et dans le monde, les termes territoriaux sont vecteur de tourisme et de marques. La Lorraine a le musée d’histoire locale le plus visité de France. La Corse est reconnue pour son identité. Le Pays Basque fait de sa culture transfrontalière une force. L’Alsace met en avant sa spécificité franco-germanique. La Savoie honore son histoire. La liste est longue rien qu’en France. Et encore, je n’ai pas évoqué la création Pays Cathare qui fonctionne particulièrement bien à partir d’une bribe historique judicieusement mise en valeur.
Mais à l’heure de parler du territoire qui a fait naître la Catalogne, notre nom est imprononçable. Malgré une manifestation imposante contre le nom Occitanie, malgré une mobilisation de nombreux acteurs économiques et culturels, malgré la puissance du terme « Catalogne »* dans le monde (région d’Europe la plus visitée), la Présidente Malherbe refuse d’utiliser la marque Catalogne. Que ce soit Catalogne Nord, Pays Catalan (qui souffre de nombreux défauts mais au moins nous identifie pour les français) ou même Catalogne Française si elle le voulait tant, il est tellement évident que notre territoire doit porter le nom Catalogne que seul un problème insoupçonné peut être à l’origine de ce refus.

Alors Madame la Présidente, pouvez-vous nous dire ce qui est si grave que vous refusiez encore maintenant d’aller dans le sens de l’intérêt économique et culturel du territoire en le nommant de son nom « Catalogne (Nord) » ? ».

Brice LAFONTAINE

Président d’Unitat Catalana <http://unitatcatalana.com>*

Adjoint au maire de Perpignan, conseiller communautaire PMCU

Tinent d’alcalde a Perpinyà, conseller mancomunal PMCU

 

//////////     //////////

 

*NDLR : de nombreuses enquêtes montrent au contraire que le nom de « Roussillon » (ou de « Pyrénées-Roussillon ») serait mieux approprié pour désigner le département actuel des Pyrénées-Orientales, car le nom de « Catalogne » renvoie immédiatement, automatiquement, au sud des Pyrénées, à Barcelone, en Catalogne espagnole. Il ne serait pas du tout porteur pour l’industrie touristique du… Roussillon ! D’ailleurs, la plupart des acteurs économiques des P-O se sont majoritairement prononcés pour l’appellation « Pyrénées-Méditerranée » sous le nom de la Région « Occitanie ».