(Communiqué)

 

Louis Aliot, maire de Perpignan, communique :

 

« Hier soir, le fanatisme islamiste a franchi un nouveau cap dans la barbarie. Cette fois, c’est notre enseignement, notre modèle éducatif fondés sur la liberté de croyance et la laïcité qui a été violemment atteint.
Je tiens tout d’abord à exprimer mon soutien plein et entier à tous les enseignants et à l’ensemble de la communauté éducative qui doivent faire face au quotidien à une montée de l’intolérance et du fanatisme devant laquelle notre pays demeure depuis longtemps aveugle.
Aujourd’hui, l’heure est au recueillement. Malheureusement cela ne suffit plus.
Tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont permis cet acte barbare doivent être poursuivis et condamnés le plus fermement et le plus rapidement possible.
Mais surtout, nous devons savoir affirmer au quotidien les fondements de notre nation et montrer que plus jamais la France ne cèdera devant l’Islam radical qui est aujourd’hui un ennemi de l’intérieur. Cette cinquième colonne doit être démantelée avec une stratégie et des moyens appropriés.
Ceux qui refusent la laïcité, ceux qui veulent imposer la loi de la charia en lieu et place des lois de la République se mettent de facto hors du cadre de la Nation. Aujourd’hui, l’Etat ne pleut plus se permettre de les laisser faire.
Nous devons immédiatement fermer toutes les mosquées salafistes et ne plus tolérer un seul propos, un seul comportement remettant en cause nos lois et nos principes. C’est mon devoir de Maire de le demander, de l’exiger.
Aujourd’hui il faut que chacun se positionne clairement dans ou hors de la République.
Dans ou en dehors de notre nation. Il n’est plus question de tergiverser.
En tant que Maire de Perpignan, ville de la liberté d’expression s’il en en est, notamment avec l’organisation du festival Visa pour l’image, j’ai décidé de mettre en place dans les plus brefs délais une charte de la Laïcité qui engagera tous ceux qui entendent s’unir pour respecter et faire vivre au quotidien les principes fondamentaux de la république française. Cette charte engagera notamment ses signataires sur l’usage du Français dans les lieux de culte et dans tous les lieux publics municipaux.
La mairie de Perpignan entend s’engager totalement dans cette nécessaire reconquête républicaine.
La République exige de la clarté et notre Liberté ne saurait faire l’objet de quelque nuance que ce soit.
La France ne doit plus se laisser faire ».

Louis Aliot, maire de Perpignan