Sous le titre « Arrêtez de tirer sur l’ambulance ! », Michel Cabot, président du Nouveau Centre et Vice-Président de l’UDI’66, nous prie d’insérer :

« En politique il y a des logiques incontournables, comment imaginer que l’UMP vainqueur des élections municipales n’allait pas faire ses comptes pour la présidence de l’agglo ? Comment imaginer que l’UMP allait faire cadeau de la dite présidence à l’UDI ?

Oui  Jean-Marc Pujol  est légitime à présider PMCA, il a gagné, il est le maire de la Ville Centre, il a l’expérience car le seul à avoir dirigé une commune de grande taille, il n’y a pas de comparaison possible avec les communes périphériques.

Non ce n’est pas une présidence à mi-temps, JPA (NDLR, Jean-Paul Alduy) a t’il été Président ou maire à mi-temps durant de nombreuses années ? JPA a t’il trahi les électeurs en abandonnant le fauteuil de Maire six mois après son élection ?

Je ne le pense pas c’est un choix d’homme devant son destin et ses responsabilités.

De plus, Jean-Marc Pujol , met à la ville Romain Grau devant sa propre destinée, il va lui falloir faire ses preuves, mettre les mains dans le cambouis « aller à la mine ». Il a devant lui, avec l’exemple des maires précédents la possibilité d’y arriver mais il va devoir s’en montrer capable. Ce n’est plus le « hochet » de l’agence de développement économique qu’il va avoir à sa disposition mais Perpignan avec ses quartiers en souffrance, et leurs  populations en attente d’espoir et d’avenir meilleur. Si le représentant de l’UDI souhaite un jour conquérir Perpignan il va devoir plonger dans la réalité quotidienne des Perpignanais et là ce n’est pas gagné.

En conclusion la nouvelle gouvernance de PMCA nécessite un homme de consensus et d’expérience. Aujourd’hui c’est Jean-Marc Pujol qui a le profil de l’emploi n’en déplaise à tous ses détracteurs ».