« Un peu de sérieux et de dignité »

Sous ce titre, Annabelle BRUNET nous communique avec prière d’insérer :

« Si ce n’est l’étonnement, la stupéfaction puis la sidération, c’est tout du moins la perplexité puis la peine qui ne manquera pas de saisir le lecteur de la pathétique tribune rédigée par Madame Jacqueline AMIEL-DONAT relativement au projet de l’université en ville et à un de ses principaux artisans, le président de l’Université de Perpignan, Fabrice LORENTE.

Il semble que Madame AMIEL-DONAT nourrisse une immense rancœur envers le dynamisme, la force de caractère et la volonté de tirer vers le haut et vers l’excellence notre belle cité catalane. Quelle autre raison présiderait à son incompréhensible et infondée diatribe ! 

Quelle importance que plusieurs candidats prétendument éclairés à la mairie de la ville de Perpignan aient auparavant évoqué la nécessité de ramener cette dernière au centre-ville ? Seule la réalité compte : certains ont palabré, Jean-Marc PUJOL et Fabrice LORENTE l’on fait.

Tout le reste n’est que boniment !


Soucieux de ses étudiants et de son personnel, le président de l’Université a décuplé les réunions à la fois informatives mais également, comme à son habitude, celles qui ont eu pour effet de régler les difficultés.


Oui il « a chouchouté » ses étudiants et les chouchoute. Il a obtenu pour eux  des conditions d’enseignement absolument exceptionnelles qui ont en effet été prises en charge par la ville de Perpignan. Car la ville elle aussi veut « chouchouter » ses étudiants !
Vous me voyez bien navrée du ton employé par Madame le professeur AMIEL-DONAT, Il me semble que notre université, ses étudiants,  notre ville, ses habitants méritent davantage de respect et de dignité ».

Annabelle BRUNET,

Maire Adjoint de la Ville de Perpignan et conseillère communautaire déléguée à l’enseignement supérieur, la recherche et l’Université