Communiqué de presse.

« Commerces de centre-ville de Perpignan : nos propositions
Dans une interview de janvier 2018 à l’Alliance du commerce (passée inaperçue), l’adjoint au maire en charge du commerce et de la gestion du domaine public se félicitait des médiocres résultats de la politique de revitalisation du centre -ville de Perpignan : « Grâce à notre action, uniquement sur l’année 2017, 120 ouvertures pérennes de magasins ont été réalisées et le taux de vacance commerciale a été ramené à 13 %, contre 16 % en 2013. « .
Le maire lui-aussi se satisfaisait récemment sur son blog de la 46ème place de la ville au palmarès des villes » où il fait bon travailler  » du magazine L’Express en ajoutant que Perpignan est « devant Béziers (54ème), Narbonne (64ème)….Sète (85ème) « . Il se faisait fort de conclure que la ville a gagné 2 places depuis le précédent baromètre.
Cette analyse ne mérite pas que l’on si attarde, mais est révélatrice du manque d’ambition flagrant de notre édile pour notre Perpignan.

 

Néanmoins, prenons acte de la baisse de la vacance commerciale du centre historique de notre capitale qui se situe entre 13 et 15 %, ce qui est tout de même de 4 et 5 points de plus fort que la moyenne nationale (9,5 %) et deux à trois points de plus que la moyenne les villes de même ampleur, soit 11% (palmarès 2018 PROCOS).

 

En dépassant le seuil d’alerte symbolique de 10 %, Perpignan subit de plein fouet, la désertification de son centre-ville.

 

 

Si l’on s’intéresse aux facteurs explicatifs du dynamisme des centres-villes les plus dynamiques pour des communes équivalentes à Perpignan, on s’aperçoit que notre capitale ne remplit que la moitié des critères :
– la présence d’une population à bon revenu et présente de longue date,
– un ratio actifs/emplois favorable qui montre la présence d’une forte proportion d’emplois en milieu urbain,
– un nombre de commerces supérieur à 350 qui offre une masse critique suffisante pour le commerce anomal,
– un attrait touristique important,
– un profil plutôt shopping.

 

Que faire alors pour redonner vie à ce centre-ville ?
Notre volonté est de créer un équilibre entre commerces de réseau et commerces indépendants qualitatifs, patrimoine, terroir, mise en valeur des atouts locaux, diversité marchande, maîtrise de la périphérie et qualité de vie.

 

Voici nos propositions :
– Une politique de mobilité et d’alternative à la voiture,
– Renforcer l’offre de services de transports en commun aux heures de travail, des bus jusqu’à minuit,
– Imposer la gratuité des transports en commun le week-end,
– Réserver des places de stationnement gratuites pour les véhicules électriques,
– Développer de véritables parcs relais surveillés avec des rotations de bus tous 10 minutes,
– Développement massif des transports doux (vélo…),
– Aider à l’installation des nouveaux commerces en payant une partie du loyer la première année financée par une taxe foncière sur les commerces vacants,
– Refuser toutes créations de nouvelles zones commerciales en périphérie,
– Inciter à la diversité marchande,
– Développer une politique de rachat des surfaces commerciales en déshérence,
– Accompagner (en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie des P-O) les commerçants dans leur adaptation au commerce de demain embauche de managers de centres-villes),
– Développer des espaces verts en centre-ville (végétalisation des places de Catalogne et de la République…),
– Création des espaces verts en lieux et places d’immeubles qui ne peuvent être réhabilités,
– S’engager pour le maintien des services publics au centre-ville.

 

#Agissons! pour développer le commerce et revitaliser le centre-ville de Perpignan ».

 

#Agissons!
www.agissons.org
agissons66@gmail.com