Pour la énième fois, Jacqueline Irles (UMP), députée-maire de Villeneuve-de-la-Raho et vice-présidente de Perpignan-Méditerranée Communauté d’Agglomération (l’Agglo PMCA), a obtenu des maires de ladite Agglo le report du débat concernant la désignation du Délégué de PMCA au Conseil de gestion du futur Parc naturel marin du Golfe du Lion.

Cette structure, chère à Christian Bourquin (PS), sénateur des P-O et président de la Région Languedoc-Roussillon, n’attend plus que cette désignation par PMCA pour enfin fonctionner officiellement. La plupart des communes de la côte parties prenantes dans la gestion de ce Parc naturel marin ont déjà d’ailleurs choisi leurs représentants et suppléants qui seront appelés à y siéger.

Jacqueline Irles, tentée un temps pour croiser le fer avec Christian Bourquin afin de s’emparer de la présidence de ce Parc naturel marin du Golfe du Lion – Qui regroupe entr’autres les dix communes littorales des Pyrénées-Orientales, ainsi que la ville de Leucate dans l’Aude – joue la montre et espère que l’Agglo PMCA n’élira pas son représentant au Parc naturel marin avant les prochaines échéances électorales, la présidentielle et les législatives.

Cela fait maintenant près de cinq mois que cette partie de bras-de-fer entre la députée UMP et le sénateur socialiste dure.

Ce matin, lors du traditionnel et hebdomadaire petit-déjeuner qui rassemble tous les vendredis les trente-six maires de l’Agglo PMCA autour de leur président, Jean-Paul Alduy (Parti radical), Jacqueline Irles a remis ça… réussissant, une fois de plus, à faire reporter cette désignation : le choix ne figure plus à l’ordre du jour du prochain Conseil d’Agglo, prévu lundi. Et ce, alors même que les élus semblaient avoir trouvé un consensus sur la candidature d’ Alain Ferrand (Divers Droite), maire du Barcarès et 2ème vice-présiden de l’Agglo PMCA, avec en tandem pour suppléant Dominique Schemla (Parti radical), conseiller municipal délégué de la Ville de Perpignan et vice-président de PMCA.

Du coup, Jacqueline Irles pourrait gagner son pari du « contre la montre », puisque le Conseil d’Agglo suivant sur le calendrier n’aura lieu que début… mai 2012.

Une vive discussion s’est alors engagée entre, d’un côté Jacqueline Irles, et de l’autre Pierre Roig (UMP), maire de Sainte-Marie la Mer et Jean-Marc Pujol (UMP), maire de Perpignan.

Les deux derniers ont reproché à la première de, en quelque sorte, « vouloir mettre les bâtons dans les roues » d’un projet devenu réalité… « Cela devient ridicule », a déploré Pierre Roig, soulignant « les maires de la Côte ont pratiquement tous élu leurs représentants… Nous savons qui, au final, sera élu président du Parc naturel marin du Golfe du Lion… Cette politique de la terre brûlée ne rime à rien car elle ne changera rien ! ».

A l’extérieur, car il n’est pas élu au sein de l’Agglo PMCA, Christian Bourquin n’a pas tardé à réagir contre ce nouveau report pour la désignation du représentant de PMCA au sein du Conseil de gestion du Parc naturel marin du Golfe du Lion. Il a notamment accusé Jean-Paul Alduy « de freiner une entreprise créatrice d’emplois ». Il s’est également interrogé sur l’attitude du représentant de l’Etat dans le département, le préfet René Bidal, lequel aurait pu, depuis, signer le décret autorisant la création du Parc…

Voilà une belle polémique en vue, comme le Roussillon en raffole, dit-on…