Clotilde Font-Gavalda, colistière de Me Louis Aliot sur la liste Perpignan Ensemble (Rassemblement Bleu Marine), nous prie d’insérer :

« Cette 30ème édition des Journées européennes du patrimoine  est particulière puisque commémorative du centenaire de la loi du 31 décembre 1913, texte fondateur de la protection des monuments historiques de France.

Chacun d’entre nous est profondément  attaché au patrimoine de la ville, mais cette édition ravive  le  douloureux souvenir de la fin d’année 2012 :

Révélée au public peu avant noël, l’affaire Deloncle/ Casa Pairal (du nom du conservateur du musée des Arts et Traditions Catalanes/ ATC) fait l’effet d’une bombe.

Pourtant, bon nombre d’initiés savaient, notamment  certains employés municipaux.

Leur hiérarchie s’est constamment chargée de les rappeler à « leur devoir de discrétion professionnelle et de réserve ».

Jacques Deloncle avoue  très rapidement avoir revendu un certain nombre d’objets  précieux dont il avait la responsabilité, notamment une vierge connue sous le nom de vierge de la Soletad, à un antiquaire du centre-ville.

La plainte déposée est concomitante à la retraite de l’intéressé.

La comparution devant la commission de discipline est évitée.

La municipalité fait remplacer sur le champ un certain nombre de serrures…

L’affaire est classée : Ouf !

On se frotte les yeux, on a du mal à y croire !

Les bruits de couloir circulent, on parle de coup monté tant l’affaire est énorme.

A ce jour, plusieurs mois après,  nous restons sans nouvelle des trois calèches anciennes disparues du Mas Delfau, entrepôt des œuvres d’art de la ville.

On cherche également  une barque catalane et bien d’autres merveilles.

Cette  journée du patrimoine est là pour nous rappeler que bon nombre de trésors, témoins de notre richesse historique et  artistique ont disparu.

Il est temps que la municipalité nous rende des comptes.

Aujourd’hui nous voulons savoir si un inventaire précis en a été établi, si le préjudice a été chiffré et ou en est l’enquête.

Le temps soigne bien des maux. Ainsi plusieurs mois après l’affaire semble oubliée.

Ce n’est pas le cas : Nous veillerons à ce que des comptes soient rendus aux Perpignanais  et que cette épineuse affaire   soit enfin éclaircie ».