Hier à Paris, le Conseil d’Etat a estimé « qu’il n’y avait pas lieu de renvoyer au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité soulevée par l’association citoyenne pour Occitanie-Pays Catalan« , présidée par l’ex-députée socialiste des Pyrénées-Orientales, Renée SOUM.
Il s’agit donc d’un nouveau revers pour l’association qui a déjà enregistré le rejet d’une requête devant le juge des référés du conseil d’État, en novembre dernier.
Contestant le nom de la nouvelle Grande Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, l’association espérait faire annuler le décret du 28 septembre 2016 officialisant la nouvelle appellation de la Région pour la dénommer à l’avenir « Occitanie/ Pays Catalan » (ce qui rappelons-le a été refusé par les dizaines de milliers d’internautes de ladite Région qui se sont exprimés sur le sujet avant que la présidente socialiste de la nouvelle Grande Région, Carole DELGA, n’arrête définitivement sa décision)… C’est à nouveau raté !
A l’image du monde économique du département es Pyrénées-Orientales, la rédaction de Ouillade.eu dénonce depuis le début « une démarche coûteuse et sans issue ». Les faits lui donnent une nouvelle fois raison.
Hier encore, un élu consulaire catalan de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de Perpignan et des P-O déplorait la situation en ces termes : « Que de temps et d’argent perdus ! Une fois de plus, alors que le monde bouge autour de nous, nous apparaissons dans notre « trou » comme d’irrésistibles et fanatiques Gaulois. Cela en devient pathétique alors que nous avons tellement d’atouts, sur notre territoire, à mettre en route et en ligne. Cette ambiance folklorique est nuisible au développement de nos entreprises locales car elle nous met à l’écart de tout et de tous sous couvert d’agissements d’une poignée d’idéologues farfelus… ».