Pendant plus d’une demi-heure, dans l’après-midi de ce vendredi 14 juin 2013, Jean-Marc Pujol (UMP), maire de Perpignan, a été reçu par l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, dans ses bureaux parisiens.

Les deux hommes ont abordé de nombreux sujets d’actualité : « J’ai été très agréablement surpris par le fait, notamment, que Nicolas Sarkozy connaisse bien la situation locale de Perpignan. Ainsi, nous avons pu échanger sur des thèmes bien précis dans la perspective des prochaines échéances électorales ».

L’ancien chef de l’Etat maintient le contact sur le terrain en dialoguant régulièrement avec les parlementaires de l’UMP, ainsi qu’avec des élus de la République à la tête de collectivités locales et territoriales.

Visiblement, à n’en pas douter, le maire de Perpignan fait partie de ces liens incontournables. D’ailleurs, à sa sortie, Jean-Marc Pujol s’est dit « très honoré par cette rencontre qui témoigne que Perpignan se situe bien dans la cour des grandes villes françaises. En recueillant l’avis du maire de Perpignan pour affiner ses analyses, Nicolas Sarkozy montre par là même qu’il accorde une oreille attentive à notre ville, à ses habitants et à ses dirigeants. Il donne à Perpignan un destin national, au cœur de l’Europe méditerranéenne ».

Jean-Marc Pujol avait appelé de ses vœux cette rencontre. L’opportunité en a été la traditionnelle remise du Prix Méditerranée à Paris, organisée ce jour par le Centre Méditerranéen de Littérature (CML), présidé et fondé par un autre Catalan, André Bonet.

D’ailleurs, Jean-Marc Pujol a saisi cette belle occasion littéraire pour remettre à Nicolas Sarkozy – après l’avoir dédicacé par l’auteur – un exemplaire du lauréat 2013 du Prix Méditerranée Etranger, « L’ange rouge », de l’écrivain turc Nedim Gürsel.