Relevé sur le blog de Jean-Marc-PUJOL (LR/ Les Républicains), maire de Perpignan, président de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole :

 

« Signature à Matignon des premiers contrats de maîtrise de la dépense locale ;

J’étais présent avant-hier lundi 16 avril, en début d’après-midi, à Matignon, pour la signature des premiers contrats de maîtrise de la dépense locale.
Discutés et élaborés lors de la 2ème Conférence Nationale des Territoires à Cahors (Lot), les premiers contrats et protocoles de maîtrise de la dépense locale ont été signés avec les villes de Bordeaux, Nice, Niort, Perpignan, Reims, la métropole de Bordeaux, les communautés urbaines de Perpignan et Reims, ainsi que les départements du Tarn-et-Garonne, du Loir-et-Cher et de la Seine-Maritime.
C’est le Premier ministre Edouard Philippe qui nous a reçus en personne. En ce qui concerne la délégation de PMM, elle était composée de moi-même, également de Bernard Dupont, 1er vice-président de Perpignan Méditerranée Métropole, maire de Canet-en-Roussillon, et de Me Pierre Parrat, 1er adjoint de la Ville de Perpignan. Monsieur le Préfet des Pyrénées-Orientales, Philippe Vignes, participait à cet événement.
Si nous avons été les tout-premiers à officialiser la démarche, il faut savoir que 322 collectivités locales et territoriales peuvent être concernées par ce processus et qu’elles ont jusqu’au 30 juin pour s’engager avec l’Etat, sur la période 2018-2020.
C’est dans un souci de réduction de la dette publique que le gouvernement a mis en place cette contractualisation avec les collectivités, et ce « afin que celles-ci s’engagent à ne pas augmenter leurs dépenses de fonctionnement, à moins de recourir à l’emprunt et à s’inscrire dans une stratégie de désendettement ».
En échange, et si bien sûr le contrat est respecté, l’Etat pourrait avancer une majoration de la dotation de soutien à l’investissement local.
Lors de ce rendez-vous, j’en ai profité pour dire au chef du gouvernement qu’il est possible d’aller encore plus en avant dans la gestion de la dépense publique, et ce notamment en donnant plus de liberté et de marges de manœuvre aux maires afin qu’ils puissent gérer directement toute une série de charges. En ce qui concerne plus particulièrement la Ville de Perpignan et la Communauté Urbaine, nous sommes parfaitement en mesure de respecter ce nouveau contrat qui nous lie avec l’Etat, même si les conditions d’exécution sont difficiles. Mais s’agissant des finances publiques, comme dans toute entreprise privée, rien n’est jamais facile, gagné d’avance. Je suis naturellement convaincu que le challenge en vaut la chandelle. En tout cas, l’enjeu est motivant, au bout de celui-ci il y a aussi le rétablissement de la relation de confiance entre le gouvernement et les collectivités ».

 

Crédit photo (ci-dessous) : Florian DAVID/ Matignon.