Représentant Jean-Marc PUJOL au Club des Maires de la Rénovation Urbaine, Olivier AMIEL, adjoint au maire de Perpignan, est intervenu lors de la rencontre, ce jour mercredi 18 juillet, à Paris, en présence d’Olivier KLEIN, président de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU).

La rencontre a été l’occasion pour Olivier AMIEL d’interpeler les représentants de l’ANRU et les parlementaires présents sur deux sujets : le calendrier du Nouveau Programme de Renouvellement Urbain (NPNRU) et la prise en compte des difficultés sécuritaires dans les quartiers prioritaires.

Concernant l’urgence urbaine et humaine à intervenir dans les quartiers prioritaires compte tenu de l’attente de la population depuis le début de la concertation en 2014, il a été rappelé par le Directeur Général de l’ANRU Nicolas GRIVEL que l’agence doit terminer les paiements du premier programme avant d’entamer le paiement des nouveaux projets. Il a également confirmé que l’attente des financements et notamment du doublement du programme avec 5 milliards supplémentaires, a effectivement retardé le début des travaux, mais que désormais nous allions passer à la phase opérationnelle. Le projet de Perpignan étant passé en Comité d’engagement en mai dernier, les premières opérations devraient très rapidement voir le jour dans les trois quartiers concernés du Centre historique, du Vernet, et du Champ-de-Mars.

L’adjoint au maire de Perpignan a également insisté sur les problèmes de sécurité dans les quartiers concernés par le renouvellement urbain : « Il est nécessaire que l’Etat prenne la mesure des difficultés dans les quartiers prioritaires afin de ne pas réitérer les erreurs du passé avec des interventions lourdes et couteuses sur les logements et les équipements publics qui ne servent à rien si quelques délinquants continuent de pourrir la vie des habitants ».

Olivier AMIEL a ainsi obtenu que le Club des Maires de la Rénovation Urbaine écrive prochainement un courrier au président de la République et au ministre de l’Intérieur « afin de les alerter sur le préalable nécessaire d’un retour du droit commun en matière de sécurité (mais également d’éducation et d’emploi) dans les quartiers, afin que les investissements en matière de renouvellement urbain soient réellement efficaces ».

 

 

Photo : Jean-Luc Lagleize (député de Haute-Garonne) et Olivier Amiel à la réunion du Club des Maires de la Rénovation Urbaine du 18 juillet 2018 à Paris.