Louis ALIOT, député (RN) de la 2e circonscription des P-O, a interpellé ce mardi 4 février 2020, à l’Assemblée National, le ministre de l’Intérieur sur la lutte contre la criminalité et la délinquance à Perpignan.
« J’ai alerté les pouvoirs publics sur la situation tendue et les violences qui sévissent à Saint-Jacques et dans le Vernet qui mettent en péril les citoyens les plus fragiles. 
Cette situation n’a que trop duré. Le rétablissement de l’ordre républicain sera notre priorité ! ».

https://youtu.be/TXVOAa8yPXA

 

 

Ci-dessous le texte de l’intervention du député :

 

Question orale sans débat du 4 février Louis Aliot

C’est d’un Grenelle de la sécurité dont la France aurait besoin ! Les chiffres de la criminalité et de la délinquance sont plus qu’inquiétants. À tel point que les Français ont intériorisé cette violence du quotidien qui affecte jusqu’à leurs déplacements, leur manière de vivre. L’impact est réel dans tous les domaines de l’existence et a un même coût économique important. Cette insécurité qui atteint des sommets dessert aussi l’image de la France à l’étranger, pénalisant le secteur du tourisme. En quittant son ministère, votre prédécesseur Gérard Collomb livrait ce lucide et triste constat : « On vit côte à côte, je crains que demain on ne vive face à face ». Je le fais mien.
C’est d’ailleurs pour cette raison que je ne cesse d’alerter sur les problèmes immenses qu’affronte Perpignan dans ce domaine depuis mon élection à l’Assemblée nationale. J’ai eu l’occasion notamment de m’étonner que Perpignan n’ait pas été sélectionnée dans le dispositif de sécurité du quotidien mis en place par le ministère de l’Intérieur. J’ai aussi eu l’occasion d’être raillé par le maire de Perpignan quand j’osais dire que notre ville devenait une petite Marseille, gangrénée par le trafic de drogue et la culture de la délinquance dans certains quartiers.

Récemment, une nouvelle fusillade éclatait dans le quartier du Bas-Vernet à proximité de l’école Victor Duruy et hier encore les élèves ont été confinés après une énième fusillade. Hier encore, au petit matin, des individus s’affrontaient dans le cadre d’une guerre sur fond de trafic de drogue au cœur du quartier historique de Saint-Jacques mettant en péril les habitants les plus modestes !

Quand vous ajoutez aux difficultés économiques une insécurité grandissante, la vie des Français devient proprement insupportable. Je me réjouis donc qu’après plusieurs interpellations et courriers le ministère installe enfin une antenne de la BRI à Perpignan.
Malheureusement, je ne peux que m’attrister du fait que ces bonnes initiatives ne soient prises que lors des périodes électorales, car la sécurité mérite bien plus que des aménagements au cas par cas et des coups politiciens. Ce sujet mérite des moyens colossaux et une réflexion profonde de toutes nos institutions. Il faut venir à bout de ce fléau.
La lutte contre le trafic de drogue devrait être une grande cause nationale.