Communiqué de Nicolas GARCIA, secrétaire départemental du PCF’66, à propos de l’agression sexuelle dont a été victime Léa TYTECA par un membre du même parti.

 

« Léa TYTéCA est l’une des nôtres, une de nos dirigeantes, une de nos cadres ! Au cours d’une initiative de l’union des étudiants communistes (UEC), à Paris, un membre de cette organisation également membre de la Jeunesse et du Parti Communiste l’a violée. 

Léa a tout notre soutien, notre fraternité, notre confiance.

La direction du PCF 66 l’approuve dans sa démarche de dénonciation, de poursuites judiciaires à l’encontre de son agresseur et de demande d’exclusion de celui-ci.

Nous ne sommes pas une secte qui « couvre » ses adhérents délinquants. Au parti communiste et, de notre point de vue, à la jeunesse communiste ou à l’UEC, il ne peut y avoir de représentants, d’élus, voire de simples adhérents ayant commis de tels crimes que nous condamnons sans la moindre ambigüité. Léa TYTéCA est une jeune dirigeante communiste de notre département pleine d’avenir, appréciée et reconnue par l’ensemble des adhérent.e.s. Elle souhaite le rester et c’est tant mieux, car la politique a besoin de personnes de sa trempe, intègres, courageuses, fidèles à leurs convictions et à leurs engagements ».