Alors que Camille Kouchner a révélé dans son livre que son frère avait été victime d’agressions sexuelles par son beau-père, Olivier Duhamel, politologue et éditorialiste, une pétition « pro-pédophilie » controversée signée par son père, Bernard Kouchner, refait surface…

 

 

Dans un livre à paraître ce jeudi 7 janvier 2021, “La Familia grande” (éditions du Seuil), Camille Kouchner raconte que son frère jumeau lui a révélé avoir été victime, quand ils étaient âgés de 14 ans, des attouchements de leur beau-père, Olivier Duhamel. Depuis lors, ce dernier s’est refusé à tout commentaire et a démissionné de toutes ses fonctions. L’affaire n’est pas nouvelle et une “précédente procédure” sur ces faits avait déjà été classée sans suite en 2011. De nouvelles investigations vont désormais être menées.
Parallèlement, la publication de ce livre provoque des dégâts familiaux collatéraux que l’auteure avait très certainement sous-estimés… Notamment, cette pétition controversée signée par son papounet, Bernard Kouchner, ancien ministre des Affaires étrangères, dans les années 1970. En effet, le 26 janvier 1977, le quotidien Le Monde publia une tribune pour défendre la “possibilité d’entretenir une relation amoureuse et sexuelle avec des mineurs”, rappelle le magazine Femme Actuelle, à l’initiative d’un certain Gabriel Matzneff. Coucou le revoilou, celui-là ! L’écrivain sulfureux, alors très en vogue, faisait à l’époque l’apologie de ses relations sexuelles avec des enfants et des adolescents avant d’être rattrapé par le scandale, à la sortie du livre de l’une de ses victimes, Vanessa Springora.

 

Aragon, Sartre et… Bernard Kouchner !
Une affaire qui interrogeait cette curieuse tolérance longtemps observée par une partie de l’intelligentsia et des médias en France, une remise en cause profonde des normes sociales et morales de l’après-mai-68. Et d’intelligentsia, il est à nouveau question puisque cette tribune de Gabriel Matzneff fut soutenue, en 1977, par une foule de personnalités et d’auteurs de renom. Parmi eux, Louis Aragon, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Patrice Chéreau, Gilles Deleuze, André Glucksmann, Jack Lang, Jean-Paul Sartre, Philippe Sollers et… Bernard Kouchner. Que du beau linge !

Bernard Kouchner revient sur cette tribune et exprime ses regrets : “C’était il y a 40 ans. C’est une énorme erreur. Il y avait derrière une odeur de pédophilie, c’est clair. C’était une connerie absolue”, a-t-il déclaré à l’hebdomadaire Le Point  ; “La pétition de Matzneff, je ne l’ai même pas lue ! Daniel Cohn-Bendit et moi l’avons signée parce que Jack Lang nous l’avait demandé”, réaffirme t’il aujourd’hui.