Jean-Louis CHAMBON, maire de Canohès et des membres du Conseil municipal, à propos de l’impossibilité du renouvellement des contrats aidés, décidé fin juillet- début août, ont envoyé à Monsieur le préfet des P-O, Philippe VIGNES, et au député de la 1ère circonscription des P-O Romain GRAU, le courrier suivant :

 

Monsieur le Préfet,

 

Madame la ministre du travail, Madame Muriel Pénicaud, a annoncé, fin juillet- début août, que le renouvellement des contrats aidés, arrivant à échéance, ne serait pas possible. En outre aucun nouveau contrat ne peut être signé faute de financement de l’état.

Monsieur le Préfet, je me permets d’attirer votre attention sur cet état de fait car à moins de quelques jours de la rentrée scolaire, ce coup de frein aux contrats aidés déstabilise le fonctionnement des écoles.  Ces emplois font partie intégrante du paysage scolaire. Ils assurent diverses fonctions allant de l’accompagnement des élèves présentant un handicap à l’encadrement des activités périscolaires, en passant par la restauration scolaire, l’entretien des locaux ou la surveillance. En outre cette annonce tardive nous met en grande difficulté car tout était organisé dès fin juin.

Monsieur le Préfet, nous avons absolument besoin de ces contrats pour assurer la sécurité des enfants sur le temps des repas et activités périscolaires en particulier. Nous n’avons pas les moyens de remplacer ces contrats par des emplois titulaires. Nos budgets de fonctionnement ne peuvent pas absorber de nouvelles charges salariales, d’autant que les dotations de l’état ont diminué de manière drastique ce qui obère nos capacités à embaucher. 

Au-delà de notre inquiétude sur le fonctionnement des écoles, nous souhaitons vous alerter sur la situation de ces personnes qui se retrouvent du jour au lendemain sans emploi, à qui on demande brutalement de rester chez elles. Or, ces personnes souvent non qualifiées et parfois éloignées de l’emploi avaient l’opportunité de se remettre  » en selle », d’être valorisées, et de pouvoir envisager une réinsertion sur le marché du travail. 

Monsieur le Préfet, la suppression de ces contrats va engendrer du dysfonctionnement et une qualité de service moindre.

Monsieur le Préfet, nous n’osons pas imaginer que Madame la Ministre campe sur sa position qui est en total décalage avec la réalité. Nous vous demandons expressément d’intercéder auprès du gouvernement afin que l’état reconsidère sa position. 

Sachant l’intérêt et l’attention bienveillante que vous portez à notre territoire, nous ne doutons pas de votre action. 

Nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, à nos respectueuses salutations 

Le Maire,

Jean-Louis CHAMBON.

 

Jean-Louis CHAMBON, maire de Canohès, est également conseiller départemental… et candidat Divers Gauche – Centre Gauche aux élections sénatoriales.