Louis Aliot (FN), conseiller régional des Pyrénées-Orientales.

 

Spectacle de Dieudonné :

le maire de Bordeaux plus sage que celui de Perpignan !

 

Louis Aliot, vice-président national du Front national (FN) et conseiller régional des P-O, nous communique avec prière d’insérer :

« Le maire de perpignan va donc prendre un arrêté d’interdiction pour le spectacle de Dieudonné après lui avoir, via ses services municipaux, réservé la salle du parc des expositions.

 

Dans les mêmes conditions, Alain Juppé, maire de Bordeaux,  avait saisi le préfet de Gironde afin de déterminer si le spectacle de l’humoriste présentait un « risque de trouble à l’ordre public ». En l’absence de « bases juridiques solides » avait-il ajouté, « un tribunal administratif peut annuler un arrêté d’interdiction, ce qui expose la commune à devoir rembourser à l’organisateur du spectacle le manque à gagner » et souhaité « éviter cette extrémité ».

 

Le préfet de Gironde avait alors répondu par courrier « qu’ aucun risque de trouble sérieux et suffisamment caractérisé (…), ne peut être relevé pour interdire ce spectacle. »

 

– Sur la forme, on ne voit pas pourquoi ce qui était valable à Bordeaux, ne le serait-il pas à Perpignan ? En d’autres termes, le maire de Perpignan prend un risque considérable, celui de faire condamner la ville au remboursement du spectacle.

 

– Sur le fond, et dieu sait si je ne cautionne pas la démarche de Dieudonné ni partage ses provocations, je ne vois pas au nom de quoi nous pourrions interdire à celui-ci de se produire ? Ce spectacle controversé s’inscrit dans une tournée nationale qui connaît un certain succès. S’il était contraire aux lois de la République, je suppose que les flics de la pensée auraient déjà obtenus son interdiction.

 

Je suis d’autant plus à l’aise sur cette question que je suis en procès avec l’un de ses plus fidèles lieutenants pour injures et diffamations.

 

J’ajoute que, et ça n’engage que moi, le seul fait que le Crif et la Licra fassent pression sur les autorités publiques m’incitent grandement à contester la position du maire de Perpignan.

 

La Liberté, c’est la Liberté et je préférerai toujours crier avec Voltaire « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire » que brailler avec Saint-Just « Pas de Liberté pour les ennemis de la Liberté »

 

Dieudonné peut dire merci au maire de Perpignan, au Crif et à la Licra, la publicité de son spectacle est assurée ! ».